Sous-marins: l'Europe ne peut plus compter sur les Etats-Unis pour sa protection, juge Le Maire

Paris (AFP) –

Publicité

Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, a estimé jeudi que la crise des sous-marins montrait que l'Union européenne ne pouvait "plus compter" sur les Etats-Unis pour garantir sa protection, et a appelé les Européens à "ouvrir les yeux".

"La première leçon qu'il faut tirer de cet épisode, c'est que l'Union européenne doit construire son indépendance stratégique. L'épisode afghan, l'épisode des sous-marins, montrent que nous ne pouvons plus compter sur les Etats-Unis d'Amérique pour garantir notre protection stratégique", a-t-il déclaré sur Franceinfo.

"Les Etats-Unis n'ont plus qu'une seule préoccupation stratégique, la Chine, et contenir la montée en puissance de la Chine". Autant l'ancien président Donald Trump que l'actuel Joe Biden "estiment que leurs alliés (...) doivent être dociles. Nous, nous estimons que nous devons être indépendants", a encore pointé Bruno Le Maire.

"Il faut que nos partenaires européens ouvrent les yeux", a-t-il ajouté, critiquant le soutien apporté par le Danemark aux Etats-Unis, à contre-courant des critiques formulées par les autorités européennes après la décision australienne d'annuler le contrat passé par le français Naval Group, en faveur d'un nouveau partenariat avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

"Penser comme la cheffe d'Etat du Danemark que les Etats-Unis vont continuer de nous protéger, nous défendre, quoi qu'il arrive, c'est une erreur". "Nous ne pouvons plus compter que sur nous", a estimé M. Le Maire.

Mercredi, la Première ministre danoise, Mette Frederiksen, a défendu le "très loyal" président américain Joe Biden, indiquant ne pas comprendre "du tout" les critiques françaises et européennes.

Allié fidèle des Etats-Unis, avec qui il a notamment combattu en Irak et en Afghanistan, le Danemark exprime régulièrement sa priorité accordée à l'Otan plutôt qu'à l'Europe de la défense, à l'inverse de la position défendue par le président français Emmanuel Macron.