Accéder au contenu principal
Sur le net

Le maire de New York sous le feu des critiques

Au sommaire de cette édition : le maire de New York est vivement critiqué après le meurtre de deux policier ; Les hommes sont invités à serrer les jambes dans le métro de la Grosse Pomme ; et le site JibJab livre sa rétrospective de l’année 2014.

Publicité

LE MAIRE DE NEW YORK SOUS LE FEU DES CRITIQUES

Alors que l’émotion est toujours vive à New York après le meurtre de deux membres des forces de l’ordre abattus dans leur véhicule samedi 22 décembre, de plus en plus de voix se font entendre sur la Toile locale pour critiquer le maire de la « Grosse Pomme », Bill de Blasio. Pour une partie des internautes américains, en affichant son soutien de manière répétée aux manifestants qui protestaient contre les brutalités policières et en s’en prenant aux méthodes employées par certains gardiens de la paix, l’édile aurait en effet une part de responsabilité dans le drame survenu le weekend dernier.

C’est notamment l’avis de l’ancien gouverneur de l’Etat de New York, George Pataki, qui estime dans ce message publié sur Twitter que le meurtre des deux agents samedi est directement lié à la rhétorique anti-policière adoptée par certaines personnalités publiques aux Etats-Unis, à commencer par Bill de Blasio. Un point de vue partagé par de nombreux utilisateurs du site de microblogging qui font parfois usage du hashtag #DeBlasioHasCopsBloodOnHisHands, « de Blasio a du sang de policier sur les mains » en français, pour fustiger l’attitude du maire de New York.

Des citoyens en colère qui, en plus de critiquer ouvertement Bill de Blasio sur les réseaux sociaux, ont également créé une pétition en ligne pour réclamer sa démission immédiate. Un texte qui a rapidement trouvé un important écho puisque plus de 56 000 personnes l’ont signé en à peine 48 heures.

Et si beaucoup ont choisi de s’en prendre au maire de New York sur la Toile, d’autres ont préféré le faire en organisant des opérations coup de poing. C’est par exemple le cas de ces membres des forces de l’ordre de la ville qui ont décidé de tourner le dos à Bill de Blasio à son arrivée à l’hôpital dans lequel les deux policiers abattus avaient été transportés en urgence. Une manière pour eux de signifier leur défiance à l’égard d’un représentant politique qui, à leurs yeux, n’a jamais réellement soutenu ceux qui risquent quotidiennement leur vie pour celles des autres.


LES NEW-YORKAIS INVITÉS À SERRER LES JAMBES DANS LE MÉTRO

Inciter les hommes à ne plus écarter les jambes quand ils sont assis dans le métro. C’est l’objectif de la campagne de communication que s’apprête à lancer l’autorité des transports de New York pour lutter contre les incivilités dans les transports en commun.

Cette initiative fait écho aux nombreuses plaintes de passagères qui expriment, régulièrement sur les réseaux sociaux, leur colère face à ces hommes qui prennent trop leurs aises dans le métro ou dans le bus en occupant parfois deux sièges à eux seuls.

Plusieurs blogs ont d’ailleurs été créés pour dénoncer ce type de comportement. Ce Tumblr baptisé « Men taking up too much space on the train », c’est-à-dire « Ces hommes qui prennent trop de place dans le train », compile ainsi depuis l’an dernier des photos d’usagers pris en flagrant délit d’étalage dans les rames du métro de New York, mais aussi dans d’autres grandes villes comme Londres ou Paris.

En effet, de la Suède à la Turquie en passant par le Japon, les initiatives se sont multipliées à travers le monde pour lutter contre ce phénomène connu sous le nom de « man-spreading ». Certains le font d’ailleurs avec humour en imaginant, à l’aide de photomontages, les objets qui pourraient être placés dans l’espace situé entre les jambes de ces passagers envahissants.

Et si pour certaines activistes féministes, il s’agit d’une manière inconsciente pour ces hommes de marquer leur territoire dans l’espace public, les principaux intéressés, eux, s’en défendent et expliquent que cette position est tout simplement mieux adaptée à l’anatomie masculine.


TENDANCE DU JOUR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Faire prendre conscience aux internautes que les Pittbulls, souvent considérés comme des chiens agressifs, sont des animaux sympathiques et affectueux… c’est la mission que s’est donnée la photographe basée à New York, Sophie Gamand. Pour cela, la jeune femme a parcouru différents refuges américains où elle a pris en photo des dizaines de Pittbulls portant une couronne de fleurs sur la tête. Un travail qui offre un regard nouveau sur cette race de chiens et qu’il sera possible de découvrir sur le compte Instagram de l’artiste.


RATÉ DU JOUR

En vendant sa voiture en octobre 2013 à un concessionnaire américain spécialisé dans la reprise de véhicules d’occasion, Mark Oberholtzer, un entrepreneur texan, ne s’attendait certainement pas à la voir être conduite un an plus tard par des djihadistes en Syrie. C’est pourtant la malheureuse découverte qu’il a faite récemment en tombant par hasard sur ce cliché posté en ligne par les nouveaux propriétaires de son camion sur lequel apparaît encore le nom de sa société de plomberie. Une image qui a valu à Mark Oberholtzer de recevoir de nombreux messages d’insultes rapporte le site du quotidien Daily News.

 

LES FEMMES-PINCEAUX DE REBECCA SZETO

Rebecca Szeto n’aime pas se débarrasser de ses vieux pinceaux. Depuis maintenant une quinzaine d’années, elle donne en effet une seconde vie à ces ustensiles prêts à être jetés à la poubelle en les transformant en bustes féminins. Des œuvres parfois inspirées de toiles célèbres telles que « La jeune fille à la perle » de Vermeer ou bien le portrait de Marie d’Autriche de Velasquez qui sont à découvrir sur le site de l’artiste.


VIDÉO DU JOUR

Comme tous les ans à la même époque, le site américain JibJab vient de publier sa rétrospective, en chanson, de l’année écoulée. Une vidéo d’animation qui revient avec humour sur les événements graves ou plus légers qui ont marqué 2014 que les internautes pourront retrouver dans son intégralité sur YouTube.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.