Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie turque fragilisée par l'inflation et la chute de la monnaie

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un accueil saoudien royal pour Imran Khan"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Salzbourg au centre la scène européenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Armée algérienne : le grand nettoyage?

En savoir plus

LE DÉBAT

Audition de Benalla au Sénat : malaise au sommet

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 7h45.

Dernière modification : 26/11/2015

Erdogan à France 24 : "J’ai appelé Vladimir Poutine, mais il n’a pas répondu à mon appel"

© Capture d'écran France 24

Dans un entretien accordé jeudi à France 24, le président turc Recep Tayyip Erdogan a tenté de jouer l'apaisement avec la Russie. Les deux pays sont en froid depuis que l'armée turque a abattu un avion russe le 24 novembre.

C'est une main que le président turc Recep Tayyip Erdogan a tendue à la Russie, dans un entretien accordé jeudi 26 novembre à France 24, alors que les relations entre Ankara et Moscou traversent une grave crise.

"Nous ne voulons pas de tensions avec la Russie", a déclaré le chef de l'État Erdogan depuis son palais présidentiel, deux jours après que l'aviation turque a abattu un avion russe tout près de sa frontière avec la Syrie. Et le chef de l'État turc d'indiquer avoir tenté de discuter avec son homologue russe, car "il faut qu’on parle, qu’on voit de quoi il en retourne", en vain. "Après l'événement j’ai appelé Monsieur Poutine, mais jusqu’à maintenant, il n’a pas répondu à mon appel", a-t-il regretté.

Sans toutefois présenter d'excuses, Recep Tayyip Erdogan a expliqué devant les caméras de France 24 que l’incident ne pouvait constituer "un cas de casus belli" entre la Russie et son pays. Selon le président turc, son armée de l’air avait le devoir de protéger l’espace aérien du pays, et elle l’a fait en abattant l’avion russe, qui au moment de l’incident n’était pas identifié comme tel. "Si nous avions su que l’avion était russe, nous aurions agi différemment, a-t-il précisé. On aurait peut-être pu empêcher autrement cette violation de l'espace aérien".

"J’ai toutes les preuves"

Et de préciser que toutes les données de radar en possession de la Turquie et de l’Otan, confirment la version d’Ankara, à savoir que l’avion russe a bel et bien violé l’espace aérien turc, en ignorant "pendant plus de cinq minutes des avertissements répétés. [...] J’ai toutes les preuves, toutes les données de radar, tous les enregistrements des conversations […], il faut que les Russes les étudient, […] nous ne pouvons accepter des déclarations mensongères", a-t-il affirmé. Le président turc s’est dit prêt à coopérer avec les Russes, "il faut qu’on continue à œuvrer ensemble", a-t-il insisté.

Il s’est dit attristé par les incidents anti-turcs qui ont eu lieu ces derniers jours en Russie, notamment mercredi, quand plusieurs centaines de manifestants ont jeté des pierres et brisé des vitres de l'ambassade turque à Moscou. Le président turc a affirmé qu’il n’autoriserait pas que de telles "provocations" se déroulent devant l’ambassade russe d'Ankara.

De son côté la Russie ne cesse de durcir le ton. Le Kremlin conteste vivement la version turque, et assure au contraire que l'avion russe n'a pas franchi la frontière et qu'il n'a jamais été contacté avant d'être abattu. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré, mercredi 25 novembre, que la décision d'abattre le Sukhoï Su-24 relèvait d'une "provocation planifiée" de la part d'Ankara.

Outre les mesures de retorsions économiques qu’elle a promises de prendre à l’égard de la Turquie, elle a appellé tous ses ressortissants présents dans le pays à rentrer en Russie, invoquant des risques "terroristes". Le ministère russe de la Défense a par ailleurs annoncé jeudi la suspension de la coopération militaire avec la Turquie et le gel des contacts téléphoniques pour le partage d'informations sur les raids aériens en Syrie.

Complaisance d’Ankara envers l’EI ? "Calomnies" rétorque Erdogan

Au cours de cet entretien, Recep Tayyip Erdogan s’est ensuite dit indigné par les accusations de complaisance turque avec les jihadistes de l’organisation de l’État islamique (EI), proférées par certains responsables russes. "Ceux qui profèrent de telles accusations doivent apporter des preuves, car c’est un manque de respect. Ils calomnient la Turquie", a-t-il répliqué.

Réagissant aux propos tenus la veille par le Premier ministre russe Dmitri Medvedev, selon lesquels Ankara achète du pétrole à l'EI, Recep Tayyip Erdogan a déclaré : "Il s’agit de mensonges et de calomnies, ces déclarations sont indignes du rang de ceux qui les ont prononcées" , a-t-il répliqué, ajoutant que la Turquie "n’a jamais fait ce genre de commerce avec des organisations terroristes, car si tel était le cas, je ne resterai pas ici à mon poste, parce que nous sommes des gens d’honneur".

Russes et Turcs tiennent des positions totalement divergentes sur la question syrienne : Moscou est un allié indéfectible du régime du président Bachar al-Assad, tandis qu’Ankara n’a de cesse de demander la chute du président syrien, tout en soutenant les mouvements rebelles qui luttent contre l’armée syrienne.

Le président islamo-conservateur, issu des rangs du Parti de la justice et du développement (AKP), a affirmé que "nul ne peut prétendre que notre frontière est ouverte à Daech [acronyme de l'organisation de l'État islamique, ndlr]". Il a accusé la Russie et l’Iran de ne pas lutter contre le groupe jihadiste dirigé par le calife auto-proclamé Abou Bakr al-Baghdadi. "La Russie et l’Iran soutiennent le régime d’Assad (…). C’est la coalition internationale [menée par Washington, ndlr] qui lutte contre Daech avec les opposants au régime", a-t-il soutenu.

Recep Tayyip Erdogan a réaffirmé sa volonté de lutter contre tous les "forces extrémistes"présentes à l’intérieur et à l’extérieur des frontières turques, mettant implicitement au même plan l’EI et les différentes guérillas kurdes, dont le PKK.
 

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

17/09/2018 L'Entretien de France 24

"Le prince héritier saoudien est mal conseillé", estime l’ex-Premier ministre qatari

Hamad Ben Jassem al-Thani, ancien Premier ministre du Qatar, a accordé un entretien à France 24 à Paris. Il revient sur les relations entre son pays et l’Arabie saoudite du...

En savoir plus

17/09/2018 L'Entretien de France 24

Ahed Tamimi : "Tout Palestinien résiste à l'occupation dès sa naissance"

Ahed Tamimi, 17 ans, icône de la résistance palestinienne à Israël, a accordé un entretien à France 24, à l’occasion de sa visite en France et alors qu’elle était l’invitée...

En savoir plus

10/09/2018 L'Entretien de France 24

Samuel Bollendorff, photoreporter : "Nous risquons une catastrophe écologique"

"J’ai fait le tour de la Terre, où que mon regard se soit porté, il s’est perdu dans l’obscurité". Tel est le sombre constat de Samuel Bollendorff, photoreporter et auteur d’une...

En savoir plus

10/09/2018 L'Entretien de France 24

"Je suis prêt à voir Trump à l'ONU" : entretien exclusif avec Daniel Ortega

Daniel Ortega, président du Nicaragua, a accordé un entretien exclusif à France 24, alors que son pays traverse une crise profonde depuis cinq mois. Le chef de l'État...

En savoir plus

03/09/2018 L'Entretien de France 24

Alice Schwarzer : "Les jeunes filles doivent plus s'affirmer en tant qu'êtres humains"

La sociologue allemande Alice Schwarzer est la fondatrice et la directrice du magazine féministe « Emma ». Depuis quarante ans, elle milite pour les droits des femmes. Alice...

En savoir plus