Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La colère de Jean-Luc Mélenchon face aux perquisitions divise sur la toile

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit/UE : la peur du vide ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Avec "Forte", Salim Saab rend hommage aux femmes artistes du monde arabe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

FOCUS

La frontière irlandaise, pierre d'achoppement du Brexit

En savoir plus

FACE À FACE

Macron - Mélenchon : l'art de la dramatisation

En savoir plus

L’invité du jour

Valentine Colasante : "Danseuse étoile, c’est une forme de liberté"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Marché des satellites : la concurrence des géants du numérique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 7h45.

Dernière modification : 05/10/2018

Nadia Murad, jeune Yazidie enlevée par le groupe EI : "Nous n’étions pas en vie"

© capture d'écran France 24

Nadia Murad Basee Taha, 22 ans, a été enlevée en Irak par l’organisation de l’État islamique (EI) en août 2014, comme des milliers d’autres : parce qu'elle appartenait à la communauté yazidie, une minorité religieuse chassée par l'EI. Vendue comme esclave, violée, elle a réussi à s’échapper au bout de quelques semaines et consacre, depuis, tout son temps à témoigner pour sauver son peuple. Un entretien réalisé en février 2016.

C’est un témoignage terrible sur les atrocités commises par les membres de l'organisation État islamique que livre Nadia Murad Basee Taha. À 22 ans, la jeune femme, enlevée à l’été 2014 par l’organisation terroriste parce qu'elle appartenait à la minorité religieuse yazidie, a vécu quelques semaines infernale avant de parvenir à s’échapper.

Les hommes de l'EI "voulaient nous convertir de force à l’islam. Ils nous forçaient a faire la profession de foi islamique, ils nous apprenaient le Coran, ils nous forçaient à prier avec eux. Il n’y a pas de vie avec Daech. Nous n’étions pas en vie", raconte-t-elle.

"De jour comme de nuit, ils venaient nous violer. Ces hommes, tout ce qu’ils faisaient c'était tuer d’autres hommes, et violer les femmes et les filles", poursuit la rescapée, qui consacre désormais son temps à témoigner des horreurs commises par l'EI contre son peuple.
 

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

15/10/2018 L'Entretien de France 24

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

Dans son troisième roman, "1994", le journaliste algérien Adlène Meddi revient sur une année charnière de la décennie noire en Algérie. Il retrace l’histoire de quatre lycéens...

En savoir plus

12/10/2018 L'Entretien de France 24

Paul Kagame : "Avec Macron, nous pouvons faire des progrès"

Dans le cadre du sommet de la Francophonie à Erevan, en Arménie, France 24 et RFI ont interviewé le président rwandais Paul Kagame, qui a souligné sa volonté d’améliorer les...

En savoir plus

12/10/2018 L'Entretien de France 24

Emmanuel Macron juge l'affaire Khashoggi "très grave"

Dans une interview exclusive à France 24 et RFI, Emmanuel Macron s'est exprimé pour la première fois sur la disparition du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien...

En savoir plus

12/10/2018 L'Entretien de France 24

"Sans accord sur nos frontières, pas d'avenir dans l'UE pour le Kosovo et la Serbie"

"Je signerai l’accord de paix Kosovo-Serbie, indépendamment des voix critiques, quand l’UE et les États-Unis auront une garantie de la reconnaissance du Kosovo par la Serbie", a...

En savoir plus

11/10/2018 L'Entretien de France 24

Essebsi sur France 24 : "Les femmes sont la clé de voûte de la démocratie"

Dans un entretien à France 24, le président tunisien Béji Caïd Essebsi a insisté sur la place des femmes dans son pays et l'importance de défendre les droits des femmes en...

En savoir plus