Accéder au contenu principal
L'Entretien

Antonio Guterres : "La Syrie doit être une priorité pour nous tous "

FRANCE 24

Le Portugais Antonio Guterres succédera le 1er janvier 2017 au Sud-Coréen Ban Ki-moon au poste de secrétaire général de l'ONU. Le nouveau chef de la diplomatie mondiale aura pour mission notamment de suivre le dossier syrien. Il est l'invité de France 24.

PUBLICITÉ

Le futur chef de l'ONU s'est longuement attardé sur le cas syrien. "Le peuple [syrien] ne mérite pas cette situation, il faut à tout prix arrêter cette guerre", a-t-il déclaré, tout en reconnaissant que ses leviers d'action étaient faibles. "Le secrétaire général de l'ONU n'a pas le pouvoir d'arrêter un conflit, il n'a pas d'armée", continue-t-il. Mais il peut négocier, inlassablement. "Il peut faire des efforts de persuasion, il peut avoir une énorme détermination" pour mener des belligérants sur la voie du dialogue. Antonio Guterres "garde l'espoir" que les acteurs du conflit syrien puissent un jour s'asseoir autour de la même table pour discuter.

En ce qui concerne le rôle - parfois jugé vain - de l'institution onusienne, le futur secrétaire général veut croire en son efficacité. "Les Nations unies doivent exercer une autorité morale capable d'avoir une influence réelle sur le terrain", a-t-il affirmé. Avec 100 000 casques bleus à travers la planète, "l'intégrité" des forces onusiennes se doit d'être irréprochable, a-t-il ajouté. Guterres a en effet déploré que des forces de l'ONU soient soupçonnées de "violations graves des droits de l'homme" [comme en Centrafrique, par exemple, où des casques bleus sont accusés d'abus sexuels, NDLR].

>>A lire sur France24.com : Antonio Guterres, la caution de l’autorité morale à la tête de l’ONU<<

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.