Accéder au contenu principal
Dans la presse

Le quotidien égyptien Mada Masr toujours dans le collimateur du régime

Revue de presse
Revue de presse © FRANCE 24

Dans la presse de ce lundi 18 mai 2020, l'arrestation, en Egypte, hier, de la rédactrice en chef du journal indépendant égyptien Mada Masr, Lina Attalah, finalement libérée sous caution quelques heures plus tard. Et aussi : l'émotion en Algérie, après le décès, en fin de semaine dernière, d'une jeune médecin, des suites du coronavirus. Et, en France, une messe dominicale en "drive in".

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile.

A la Une du site du quotidien égyptien Mada Masr, l’arrestation, puis la libération sous caution, hier, de sa rédactrice en chef, Lina Attalah. Selon l'avocat du journal - dont l’indépendance et le ton souvent critique envers le régime d’Abdel Fattah Al-Sissi lui valent d’être inaccessible en Egypte - , la journaliste a été interpellée à l'extérieur de la prison de Tora, au Caire, alors qu’elle interviewait une militante des droits humains, mère de l’opposant Alaa Abdel Fattah, actuellement détenu et en grève de la faim. En novembre dernier, le quotidien avait déjà été l’objet d’une perquisition, à l’issue de laquelle trois journalistes, y compris Lina Attalah, avaient été brièvement arrêtés, avant d’être finalement, là encore, relâchés. Depuis l'arrivée au pouvoir d'Abdel Fattah al-Sissi en 2014, "une vague de répression impitoyable s'est abattue contre les journalistes, les opposants et les militants égyptiens", l’Égypte occupant la 166ème place du classement de Reporters sans frontières sur la liberté de la presse, avec 29 journalistes actuellement emprisonnés.

Dans la presse également le décès, vendredi, en Algérie, des suites du coronavirus, de Wafa Boudissa. Cette jeune médecin de 28 ans, enceinte de huit mois, avait vu ses demandes répétées de mise en congé refusées par sa hiérarchie. Sa mort suscite l’indignation dans le pays, toujours en proie à un mouvement de contestation. "Comment ce drame qui pouvait être évitable a-t-il pu se produire dans un contexte où la prévention était pourtant de rigueur ?" : le journal Liberté-Algérie dénonce un « mortel abus de pouvoir ». Hier, le ministre de la Santé a annoncé avoir mis fin aux fonctions du directeur de l’hôpital où travaillait la jeune femme. Wafa Boudissa, à laquelle le dessinateur Dilem rend hommage, ainsi qu’à tout le personnel médical algérien, qu’il montre sacrifié sur le drapeau national, alors qu’il tente de stopper l’avancée du coronavirus. Un dessin également publié par Liberté-Algérie.

En France, la progression du Covid-19 semble ralentir. Mais après une semaine de déconfinement, la situation est loin d’être revenue à la normale. Les célébrations religieuses, notamment, continuent d’être interdites. Qu’à cela ne tienne. A Châlons-en-Champagne, à l’est de Paris, la messe a redémarré… en voiture, comme le rapporte Le Parisien. Hier, environ 500 fidèles répartis dans quelque 200 véhicules se sont garés sur un parking pour assister à la messe dominicale. "Cette messe en voiture, c'est plus qu'un dépannage", a commenté l’évêque de Châlons, à l'origine de l'initiative. Les fidèles qui souhaitaient communier, étaient invités à se manifester, en allumant leurs feux de détresse.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.