Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Ne laissez pas Mohamed Ben Salmane redorer son image"

Revue de presse
Revue de presse © FRANCE 24

Dans la presse, ce matin, la tribune de l'ancienne compagne du journaliste saoudien assassiné Jamal Khashoggi, mettant en garde les dirigeants du football britannique. Et aussi : l’alerte contre l’oubli des maladies infectieuses et parasitaires, éclipsées par l’épidémie du coronavirus, mais qui sèment pourtant toujours la mort dans les pays en voie de développement. Et l'hommage à l'acteur français disparu Michel Piccoli.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile.

A la Une du Guardian, au Royaume Uni, la tribune de l’ancienne compagne de Jamal Khashoggi, ce journaliste saoudien assassiné au consulat de son pays à Istanbul, en octobre 2018. Hatice Cengiz alerte sur le possible rachat du club anglais Newcastle United par un consortium géré par l'Arabie saoudite. "Le régime saoudien a assassiné mon fiancé, on ne peut pas l’autoriser à acheter Newcastle United", met-elle en garde. "Mohamed Ben Salmane tente de redorer son image : si la Premier League l’y autorise, sa réputation sera ternie à jamais". Les services de renseignement turcs et américains ont attribué la responsabilité de la mort de Jamal Khasoggi au prince héritier d’Arabie saoudite. 

Toujours dans la rubrique foot, quoique dans un tout autre registre, je vous invite à jeter un cil au New York Times, qui fait état des excuses présentées par le FC Séoul. Le club sud-coréen, qui a eu l’étrange idée de disposer des poupées gonflables pour remplir ses gradins dégarnis - huis clos oblige -, s’est dit "sincèrement désolé" d’avoir mis ses supporters mal à l’aise.

Egalement à la Une de la presse, la lutte contre la pandémie de coronavirus, qui éclipse les autres maladies infectieuses et parasitaires. "L’attention portée à la pandémie de Covid-19 relègue à l’arrière-plan la lutte contre des maladies frappant des populations non solvables, souvent privées de couverture sociale et d’accès à des services de santé de qualité" : le quotidien français L’Humanité cite des maladies telles que le VIH, le paludisme et la tuberculose. "En fait, le nouveau coronavirus pourrait même faire davantage de victimes collatérales que de victimes directes", alerte le journal. D’après l’Unicef, 6 000 enfants risquent de mourir chaque jour, dans les six prochains mois, faute d’accès aux soins, à la prévention, aux vaccins, et à l’alimentation.

Enfin, un mot de l’hommage de la presse française à l’acteur Michel Piccoli. Le "géant du cinéma français" est décédé le 12 mai, à 94 ans. "Epris de Piccoli" : pour Libération, le comédien avait "la normalité d’un bon oncle des familles et un charisme de prince calculateur, aussi génial dans la désinvolture que dans l’élan amoureux". 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.