Double attentat suicide en Irak : une résurgence de l'Organisation État islamique ?

Wassim Nasr montre les attaques recensées de l'OEI en 2020.
Wassim Nasr montre les attaques recensées de l'OEI en 2020. © Capture d'écran France 24
9 mn

Le double attentat suicide de Bagdad de jeudi, revendiqué par le groupe État islamique, est l'attaque la plus meurtrière depuis plus de trois ans dans la capitale irakienne. Pour Wassim Nasr, journaliste à France 24 et spécialiste des mouvements jihadistes, l'organisation terroriste cherche à montrer qu'elle est "toujours présente dans la capitale."

Publicité

Trois ans qu'un attentat kamikaze n'avait plus endeuillé la capitale de l'Irak. L'Organisation État islamique (OEI) a revendiqué le double attentat du jeudi 22 janvier qui a tué 35 personnes sur un marché très fréquenté de Bagdad, l'attaque la plus meurtrière depuis plus de trois ans dans la capitale.

"L'Organisation État islamique veut montrer qu'elle est encore présente et en capacité dans la capitale", explique Wassim Nasr, journaliste à France 24.

Cependant, le spécialiste des mouvements jihadistes souligne que si c'est la première attaque kamikaze à Bagdad en trois ans, celles-ci n'ont en réalité jamais cessé dans les faubourgs et dans le reste du pays.

"Un double attentat kamikaze ne s'improvise pas. Cela veut dire qu'il y avait des cellules déjà présentes dans la capitale qui attendaient le moment de frapper", explique le chroniqueur, rappelant que le timing est davantage une affaire d'opportunité que lié à l'actualité internationale.

Pour Wassim Nasr, le mode opératoire démontre tout de même une baisse des capacités par rapport à la puissance déployée ces dernières années. Le groupe terroriste se déploie davantage dans les zones rurales :

"Sur cette carte, on voit que l'OEI a une présence plus affirmée dans les zones rurales", explique-t-il. "Cela fait partie de leur stratégie d'implantation en profitant des griefs réels y existant après des années de guerre, de crise économique, d'absence de vie politique et de multiplication des camps de réfugiés qui parsèment ces zones. C'est là qu'ils recrutent."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine