Accord nucléaire : l'Iran demande aux Européens de jouer les médiateurs avec les États-Unis

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, lors d'un entretien avec l'Agence France-Presse (AFP) à la résidence de l'ambassadeur d'Iran à Paris, le 23 août 2019.
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, lors d'un entretien avec l'Agence France-Presse (AFP) à la résidence de l'ambassadeur d'Iran à Paris, le 23 août 2019. Geoffroy Van Der Hasselt, AFP
4 mn

Le chef de la diplomatie iranienne a proposé lundi à son homologue européen de jouer les médiateurs entre Washington et Téhéran pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien. Il semble ainsi ouvrir la porte pour la première fois à un processus "synchronisé", alors que chaque pays se refuse pour l'instant à faire le premier pas.

Publicité

Le ministre iranien des Affaires étrangères a demandé lundi 1er février à l'Union européenne (UE) de jouer les médiateurs entre l'Iran et les États-Unis pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien. "Il peut clairement y avoir un mécanisme pour soit synchroniser" le retour des deux pays dans les clous de l'accord, "soit coordonner ce qui peut être fait", a déclaré Mohammad Javad Zarif sur la chaîne CNN International.

Selon lui, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell peut "mettre sa casquette de coordinateur de la commission conjointe" de suivi de l'accord de 2015 "et chorégraphier les mesures qui doivent être prises par les États-Unis et les mesures qui doivent être prises par l'Iran".

L'accord de Vienne signé par Téhéran avec les grandes puissances (États-Unis, Chine, Russie, Allemagne, France, Royaume-Uni) ainsi que l'UE visait à empêcher la République islamique de se doter de la bombe atomique, avec de strictes limites à son programme nucléaire censé demeurer exclusivement civil et pacifique. La communauté internationale avait en échange levé toutes ses sanctions économiques contre l'Iran.

Mais l'ex-président américain Donald Trump, le jugeant insuffisant sur le front nucléaire et déplorant qu'il ne s'attaque pas au programme de missiles balistiques iraniens et aux autres activités "déstabilisatrices" de l'Iran au Moyen-Orient, en a retiré Washington en 2018, et a rétabli puis durci les sanctions américaines. Les Européens ont toujours dénoncé la décision du milliardaire républicain, et ont tout fait depuis trois ans pour tenter de sauver l'accord.

Le nouveau président Joe Biden a promis de rejoindre à nouveau ce texte, mais à condition que Téhéran revienne au préalable dans les clous de ses restrictions nucléaires, dont il a commencé à s'affranchir en riposte aux sanctions des États-Unis.

Porte ouverte

Or la diplomatie iranienne avait jusqu'ici réclamé que l'administration Biden fasse le premier pas, en levant les sanctions avant toute chose. La proposition de Mohammad Javad Zarif semble ouvrir la porte pour la première fois à un processus "synchronisé", même s'il réaffirme que les Américains, qui ont quitté l'accord, doivent d'abord "démontrer leur bonne foi".

Dans un entretien avec la chaîne américaine NBC diffusé lundi, le nouveau secrétaire d'État américain Antony Blinken a estimé qu'il faudrait "un certain temps" pour que l'Iran revienne dans les clous, puis encore "un certain temps" pour que les États-Unis "évaluent s'ils ont bien tenu leurs engagements".

"Le timing n'est pas le problème", a répondu son homologue iranien. Selon lui, certaines limites peuvent être à nouveau respectées "en moins d'un jour", "d'autres peuvent prendre quelques jours ou semaines, mais cela ne prendra pas plus de temps qu'il faut aux États-Unis pour appliquer des décrets présidentiels nécessaires" pour lever les sanctions.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine