Violences au Proche-Orient : les États-Unis ont entamé le dialogue avec les Palestiniens

Le président américain, qui s'est entretenu avec le Premier ministre israélien, a dit espérer que le conflit se termine rapidement.
Le président américain, qui s'est entretenu avec le Premier ministre israélien, a dit espérer que le conflit se termine rapidement. © Atef SAFADI, AFP / File picture

Alors que les tirs de roquette du Hamas vers Israël se poursuivent et que l'armée a promis de continuer à frapper Gaza, de nombreuses villes en Israël ont été le théâtre "d'émeutes" dans la nuit de mercredi à jeudi. Le président américain, qui s'est entretenu avec le Premier ministre israélien, a dit espérer que le conflit se termine rapidement. De son côté, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a également parlé avec le président palestinien Mahmoud Abbas.

Publicité

Le Hamas a lancé des roquettes sur Tel-Aviv et en direction de Jérusalem tôt jeudi 13 mai et Israël a promis de continuer à mener des frappes à Gaza malgré l'optimisme du président américain Joe Biden, selon qui les hostilités pourraient bientôt prendre fin.

Au total, 83 personnes ont été tuées, parmi lesquelles 17 enfants, et 487 ont été blessées, selon le Hamas. Sept personnes ont été tuées en Israël, selon des sources hospitalières.

Mercredi, Israël a annoncé la mort de 16 membres des brigades Ezzedine al-Kassam, l'aile militaire du Hamas, dans les bombardements qui ont ciblé Gaza en riposte au tir de centaines de roquettes depuis l'enclave palestinienne.

Si l'esplanade des Mosquées semble avoir retrouvé son calme jeudi, de nombreuses villes en Israël ont, elles, été le théâtre "d'émeutes" nocturnes. Des militants d'extrême droite ont manifesté à travers le pays, provoquant des affrontements avec les forces de l'ordre, et parfois des Arabes israéliens. La police a indiqué "réagir aux incidents violents dans plusieurs villes, notamment Lod, Acre et Haïfa".

Un lynchage en direct à la télévision

Le pays accusait le choc de la diffusion, en direct à la télévision, du lynchage d'un homme, considéré arabe par ses agresseurs, près de Tel-Aviv. Ces images insoutenables montrent un homme sorti de force de sa voiture puis roué de coups par une foule de plusieurs dizaines de personnes, jusqu'à ce qu'il perde connaissance.

Face à l'intensification des combats, une troisième réunion en urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, publique cette fois-ci, est attendue vendredi. Lors des deux premières visioconférences, tenues à huis clos, les États-Unis se sont opposés à l'adoption d'une déclaration commune pour faire arrêter les affrontements, la jugeant "contre-productive" à ce stade, selon des diplomates.

Washington a toutefois annoncé l'envoi d'un émissaire en Israël et dans les Territoires palestiniens pour exhorter une nouvelle fois à la "désescalade", tandis que Moscou a appelé à une réunion d'urgence du Quartet sur le Proche-Orient (UE, Russie, États-Unis, ONU).

Joe Biden optimiste

"Mon attente et mon espoir, c'est que cela se terminera assez rapidement, mais Israël a le droit de se défendre", a déclaré Joe Biden mercredi après s'être entretenu avec Benjamin Netanyahu. Le président américain n'a pas expliqué les raisons de son optimisme. Le bureau du Premier ministre israélien a pour sa part déclaré qu'il avait dit à Joe Biden qu'Israël "continuerait à agir pour frapper les capacités militaires du Hamas et des autres groupes terroristes actifs dans la bande de Gaza."

De son côté, le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'est entretenu mercredi soir avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Il s'agit du premier contact de haut niveau entre l'administration Biden et les Palestiniens.

"J'ai parlé avec le président Abbas de la situation en cours à Jérusalem, en Cisjordanie et à Gaza. J'ai exprimé mes condoléances pour les pertes de vies. J'ai souligné la nécessité de mettre fin aux attaques à la roquette et de faire baisser les tensions", a tweeté le responsable américain. "Israéliens et Palestiniens méritent de façon égale liberté, dignité, sécurité et prospérité", a-t-il ajouté.

Washington avait annoncé plus tôt l'envoi d'un émissaire en Israël et dans les Territoires palestiniens pour exhorter une nouvelle fois à la "désescalade" suite à l'embrasement meurtrier des derniers jours.

 "Tout doit être fait" pour éviter un nouveau "conflit"

La France a aussi appelé mercredi à tout mettre en œuvre pour éviter un nouveau "conflit meurtrier" entre Israéliens et Palestiniens, après la série de raids et d'affrontements de ces derniers jours.

"Le cycle des violences en cours à Gaza, à Jérusalem mais aussi en Cisjordanie et dans plusieurs villes d'Israël risque de conduire à une escalade majeure", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian au Sénat. "En moins de 15 ans, la bande de Gaza a connu trois conflits meurtriers. Tout doit être fait pour en éviter un quatrième".

Ce regain de violence est la conséquence d'affrontements entre Palestiniens et forces israéliennes autour de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, où les tensions ont été alimentées ces dernières semaines, qui correspondent au mois sacré musulman du ramadan, par le risque d'expulsion de plusieurs familles palestiniennes du quartier de Cheikh Jarrah à Jérusalem-Est.

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Emportez l'actualité internationale partout avec vous ! Téléchargez l'application France 24