Emmanuel Macron appelle le Premier ministre libanais à enclencher les réformes "d'urgence"

Le président français, Emmanuel Macron, reçoit le nouveau premier ministre libanais, Nadjib Mikati, le 24 septembre 2021 à l'Élysée.
Le président français, Emmanuel Macron, reçoit le nouveau premier ministre libanais, Nadjib Mikati, le 24 septembre 2021 à l'Élysée. © Thomas Coex, AFP

À l'Élysée le président français, Emmanuel Macron, a appelé vendredi le nouveau Premier ministre libanais, Najib Mikati, à mettre en œuvre "d'urgence" les réformes nécessaires au Liban, ajoutant que son arrivée, après des mois de blocage politique, représentait une "opportunité d'avancer sur la voie des réformes".

Publicité

Le président français Emmanuel Macron a appelé, vendredi 24 septembre, à Paris le nouveau Premier ministre libanais, Najib Mikati, à mettre en œuvre "d'urgence" les réformes nécessaires et salué une "opportunité d'avancer concrètement" pour que Liban puisse sortir de la crise.

"Il est urgent de prendre les mesures et les réformes indispensables", a déclaré Emmanuel Macron au côté de Najib Mikati à l'issue de leur rencontre, ajoutant que l'arrivée aux manettes du Premier ministre après des mois de blocage politique représentait une "opportunité d'avancer concrètement sur la voie des réformes". Najib Mikati a, lui, affirmé qu'il voulait le faire "dans les plus proches délais".

08:11

Négociations "prometteuses"

Le Premier ministre libanais s'est engagé à mettre en œuvre les réformes nécessaires au sauvetage de son pays "dans les plus proches délais".

La France, alliée historique du Liban, s'est activement impliquée aux côtés des autorités depuis l'explosion meurtrière du 4 août 2020 au port de Beyrouth. Najib Mikati effectue à Paris son premier déplacement à l'étranger.

"Lors de notre entretien, j'ai assuré Monsieur le président de ma détermination à mettre en œuvre (...) dans les plus proches délais les réformes nécessaires et imminentes", a déclaré le Premier ministre libanais à l'issue du déjeuner.

Najib Mikati a, notamment, jugé "prometteuses" les négociations avec le Fonds monétaire international, sollicité en mai dernier pour une aide financière conditionnée à l'application d'un plan de réformes, toujours lettre morte à ce jour.

En retour, Emmanuel Macron a assuré de l'appui de la France, "main dans la main avec les forces vives du Liban et avec ceux qui, au service de leurs concitoyens, agissent au quotidien avec courage et abnégation, pour pallier les déficiences pendant trop longtemps de l'État et des institutions libanaises."

"Nous ferons tout pour vous aider"

Le président français a réitéré son engagement à mobiliser la communauté internationale au secours d'un pays au bord du gouffre.

"Nous savons que nous ne pouvons nous en contenter, le Liban mérite mieux (...) et c'est pourquoi votre responsabilité est immense et historique (...), et nous ferons tout pour vous aider et y réussir", a dit Emmanuel Macron.

"La communauté internationale ne pourra apporter un appui structurel au Liban qu'une fois ces réformes mises en œuvre, enclenchées en tout cas", a-t-il insisté, citant notamment la rénovation du secteur de l'énergie, le sauvetage des finances publiques, la lutte contre la corruption et la réforme de l'administration.

"La France ne lâchera pas le Liban mais le chemin est ardu, la tâche est difficile", a-t-il concédé.

À Beyrouth, le président Michel Aoun estimait, vendredi, que la corruption et l'incurie étaient aux sources de la crise actuelle.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine