Israël : le Likoud de Benjamin Netanyahu signe son premier accord de coalition avec l'extrême droite

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, et Itamar Ben-Gvir, le leader du parti d'extrême droite Otzma Yehudit ("Force juive"), le 15 novembre 2022, à la Knesset à Jérusalem.
Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, et Itamar Ben-Gvir, le leader du parti d'extrême droite Otzma Yehudit ("Force juive"), le 15 novembre 2022, à la Knesset à Jérusalem. © Abir Sultan, pool via Reuters

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a annoncé vendredi avoir trouvé un accord de coalition avec le parti d'extrême droite Otzma Yehudit attribuant à son leader, Itamar Ben-Gvir, le poste de ministre de la Sécurité publique et un siège au cabinet de sécurité israélien.

Publicité

Le Likoud a signé son premier accord de coalition avec le parti d'extrême droite Otzma Yehudit ("Force juive"), a annoncé, vendredi 25 novembre, le parti du Premier ministre désigné, Benjamin Netanyahu, dans un communiqué.

Cet accord ne finalise pas la formation d'un gouvernement complet, mais attribue à Itamar Ben-Gvir, chef de file d'Otzma Yehudit, le poste de ministre de la Sécurité publique et un siège au cabinet de sécurité israélien.

>> À (re)voir sur France 24 : LE DÉBAT - En Israël, le Likoud et ses alliés d'extrême droite en tête : Netanyahu de retour au pouvoir ?

"Nous avons fait un grand pas ce soir vers un accord complet de coalition, vers la formation d'un gouvernement complet, complètement de droite", a commenté Itamar Ben-Gvir, cité dans le communiqué.

Longues négociations

L'alliance de droite et d'extrême droite constituée autour de Benjamin Netanyahu, avec l'appui de partis ultranationalistes et religieux, s'est imposée lors des législatives du 1er novembre après une période d'instabilité politique marquée par cinq scrutins législatifs en moins de quatre ans. Les négociations entre le Likoud et ses partenaires se sont éternisées et ont empêché Benjamin Netanyahu de former un gouvernement rapidement, alors que le nouveau Premier ministre doit trouver un équilibre diplomatique délicat entre ses partenaires de coalition et ses alliés occidentaux.

Le nouveau ministre de la Sécurité publique, Itamar Ben-Gvir, a été condamné en 2007 pour incitation raciste contre les Arabes et soutien au terrorisme. Également mis en cause pour des positions anti-LGBT, il dit désormais qu'il ne revendique plus l'expulsion de l'ensemble des Palestiniens mais seulement de ceux qu'il qualifie de "traîtres" ou de "terroristes".

Colon vivant en Cisjordanie occupée, Itamar Ben-Gvir est un farouche opposant à la création d'un État palestinien.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Emportez l'actualité internationale partout avec vous ! Téléchargez l'application France 24