Accéder au contenu principal

La pandémie de Covid-19 propulse les besoins humanitaires à des records

Des réfugiés éthiopiens fuyant le Tigré pris en charge par l'UNHCR au Soudan, le 23 novembre 2020.
Des réfugiés éthiopiens fuyant le Tigré pris en charge par l'UNHCR au Soudan, le 23 novembre 2020. © Mohamed Nureldin Abdallah, Reuters
4 mn

Quelque 235 millions d'êtres humains auront besoin d'aide en 2021, un chiffre en hausse de 40 % sur un an, principalement en raison de la pandémie. L’ONU et ses partenaires ont besoin de 35 milliards de dollars pour aider les 160 millions les plus affectés.

Publicité

L'ONU a lancé mardi 1er décembre un appel humanitaire record de 35 milliards de dollars (29 milliards d'euros) pour 2021. La pandémie de coronavirus a en effet plongé des centaines de millions de personnes dans la pauvreté.

Avec le choc de la crise sanitaire, le nombre des personnes ayant besoin d'aide humanitaire dans le monde va atteindre un nouveau record : 235 millions, une augmentation de 40 % en un an, selon les plans de réponse humanitaire coordonnés par l'ONU. Ainsi, si toutes ces personnes vivaient dans un seul pays, ce serait le cinquième plus peuplé du monde.

Les fonds demandés par l'ONU et ses partenaires visent à aider dans 56 pays quelque 160 millions de personnes (sur les 235 millions) parmi les plus vulnérables qui font face à la faim, aux conflits, aux déplacements et aux conséquences du changement climatique et de la pandémie.

Cette année, "l'augmentation est presque entièrement due au Covid-19", qui a fait au moins 1,46 million de morts en près d'un an, a souligné le responsable des Affaires humanitaires à l'ONU Mark Lowcock, en conférence de presse. "Le tableau que nous présentons est le plus sombre que que nous ayons jamais exposé en matière de besoins humanitaires à venir", a-t-il ajouté.

"Voyants au rouge"

La pandémie a bouleversé la vie de tous, dans chaque recoin de la planète, observe l'ONU, notant que "ceux qui vivaient déjà sur le fil du rasoir ont été durement et disproportionnellement touchés par l'augmentation des prix de la nourriture, la chute des revenus, l'interruption des programmes de vaccination et la fermeture des écoles". 

Pour la première fois depuis la fin des années 1990, l'extrême pauvreté a augmenté. L'espérance de vie chute dans le monde et le nombre annuel des morts liées au VIH, à la tuberculose et au paludisme pourrait doubler.

En outre, "de multiples famines se profilent à l'horizon", avertit l'ONU. "Les voyants sont au rouge et les alarmes sonnent", a mis en garde Mark Lowcok. D'ici à la fin 2020, 270 millions de personnes pourraient souffrir d'insécurité alimentaire aiguë, soit 82 % de plus qu'avant la pandémie.

La population au Yémen, au Burkina Faso, au Soudan du Sud et dans le nord-est du Nigeria est au bord de la famine, tandis que d'autres pays et régions, comme l'Afghanistan et le Sahel, sont également "potentiellement très vulnérables", a déclaré Mark Lowcok. "Si nous arrivons à passer l'année 2021 sans famine majeure, ce sera une réussite majeure", a-t-il dit.

Syrie et Yémen, les plus touchés

L'appel des Nations unies montre que la Syrie et le Yémen, ravagés par la guerre, sont en tête de liste des pays qui ont le plus besoin d'aide humanitaire. L'ONU demande près de six milliards de dollars pour aider des millions de Syriens dans leur pays et dans le monde et près de 3,5 milliards de dollars pour soutenir environ 20 millions de personnes au Yémen, en proie à la plus grave crise humanitaire sur la planète.

Cette année, les donateurs internationaux ont fourni un financement record de plus de 17 milliards pour la réponse humanitaire collective, sur les 29 milliards demandés en décembre dernier.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.