Le robot Perserverance se pose sur Mars après sept mois de voyage

La première photo du sol martien prise par le rover Perseverance de la Nasa après s'être posé sur Mars, le 18 février 2021.
La première photo du sol martien prise par le rover Perseverance de la Nasa après s'être posé sur Mars, le 18 février 2021. © Nasa
|
Vidéo par : Pierrick LEURENT
6 mn

Au terme d'un voyage de sept mois, le robot Perseverance de la Nasa s'est posé jeudi sur Mars dans le cadre d'une mission destinée, entre autres, à rechercher des traces de vie ancienne sur la Planète rouge.

Publicité

Le rover Perseverance a atterri sur le sol martien après sept mois de voyage, a annoncé jeudi 18 février l'agence spatiale américaine, une réussite éclatante pour la Nasa qui marque le début d'une mission de plusieurs années.

"Atterrissage confirmé !", s'est exclamée Swati Mohan, en charge du contrôle des opérations. Dans la salle de contrôle du Jet Propulsion Laboratory, à Pasadena en Californie, les équipes présentes ont explosé de joie au moment de la confirmation.

Le cratère de Jezero, dont les scientifiques pensent qu'il contenait il y a 3,5 milliards d'années un lac, était le site d'atterrissage le plus périlleux jamais tenté par la Nasa. Perseverance sera chargé d'y collecter des preuves de vie ancienne sur Mars.

Après être entré dans l'atmosphère martienne à 20 000 km/h, les frictions avec l'air ont fait monter la température du vaisseau jusqu'à 1 300 °C. Le rover était protégé par un bouclier thermique, qui n'a été largué qu'après l'ouverture d'un immense parachute supersonique. Huit rétrofusées ont fini de le ralentir avant qu'il ne déploie ses six roues, suspendu le long de câbles jusqu'au contact avec le sol.

Une future mission pour ramener sur Terre les prélèvements

Les équipes de la Nasa vont passer les prochains jours à vérifier que le rover et ses nombreux équipements de pointe n'ont pas été endommagés et fonctionnent correctement.  

Plus grand et plus sophistiqué que ses prédécesseurs, Perseverance est seulement le cinquième rover à fouler le sol martien. Depuis le premier, en 1997, ils sont tous américains, et l'un d'eux, Curiosity, est toujours en activité ailleurs sur la Planète rouge. 

Les premiers prélèvements de roche par Perseverance, dont la mission sur deux ans est évaluée à 2,7 milliards de dollars, devraient commencer cet été. Les tubes scellés devront ensuite être rapportés sur Terre par une future mission, dans les années 2030, afin d'être analysés.

Les images de l'arrivée du robot sur Mars étaient retransmises en direct sur plusieurs plateformes : la chaîne Dailymotion du CNRS, les chaînes YouTube et Twitch du Cnes, la chaîne YouTube d'Arte, et celle de la Cité des sciences et de l'industrie, en partenariat avec l'Observatoire de Paris-PSL, avec les éclairages de scientifiques et astronautes.

Emmanuel Macron s'est rendu au siège parisien du Centre national d'études spatiales (Cnes) pour assister à l'atterrissage en direct. Le chef de l'État devait profiter de cette visite pour s'entretenir avec des chercheurs et des astrophysiciens, ainsi que par visioconférence avec l'astronaute Thomas Pesquet, actuellement en plein préparatifs aux États-Unis pour son deuxième envol, en avril, vers la Station spatiale internationale (ISS).

>> À voir : "Perseverance, le rover qui veut percer les mystères de Mars"

Perseverance, le plus gros et le plus avancé des robots envoyés sur la Planète rouge, est équipé d'une caméra superpuissante, la SuperCam, mise au point par un consortium de laboratoires, dont l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie (IRAP) et le Cnes.

Son but est d'analyser le sol, de rechercher d'éventuelles traces de vie passée et d'examiner la possibilité d'une exploration humaine de Mars.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine