Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Conférence sur la Libye à Palerme : chaos, division ... vers un échec ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

JP Bimeni : premier album épicé d'une voix burundaise de l'exil

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Antonio Guterres et Audrey Azoulay sondent les futurs défis à la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Italie : budget provocateur ou déficit démocratique ?

En savoir plus

L’invité du jour

Pédophilie : "Une catastrophe pour les victimes, une catastrophe pour l’Église"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Juncker : "Ce n'est pas le président des États-Unis qui fixe nos agendas"

En savoir plus

LIGNE DIRECTE

Ces Tunisiens qui se mobilisent pour sauver leur patrimoine

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Porochenko n'est pas un tsar, contrairement à Poutine"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'appel d'Emmanuel Macron à sécuriser le cyberespace

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 21 h 10, et dès le vendredi, en avant-première sur Internet !

Dernière modification : 28/09/2018

Sauver les enfants esclaves en Inde, le combat de Kailash Satyarthi

© France 24

En Inde, un enfant disparaît toutes les 8 minutes. À New Delhi, 6 sur 10 ne sont jamais retrouvés. On les appelle "la génération perdue", mais ils ne se sont pas évaporés. Quelque 70 % d'entre eux seraient kidnappés par le crime organisé. Actuellement, plus de 200 000 enfants sont toujours portés disparus. Pour eux, un seul espoir, ou presque : Kailash Satyarthi et ses équipes. En quatre décennies, cet Indien de 64 ans, lauréat du prix Nobel de la paix, a sauvé 87 000 enfants de l'esclavage.

Entre janvier 2012 et mars 2017, pas moins de 250 000 enfants ont été enregistrés comme portés disparus par les autorités en Inde. Et selon les militants, ce chiffre ne représente que la partie visible de l'iceberg. Dans de nombreux cas, certaines familles n'osent pas aller voir les autorités car elles se sont faites berner par des "recruteurs" qui leur promettaient d'envoyer leurs enfants étudier. À cela s'ajoute le manque de formation de la police locale et l'absence de coordination entre les différentes agences à travers le pays.

Ce fléau n'est pas nouveau en Inde. C'est en 1981 que Kailash Satyarthi, ingénieur de formation, décide d'organiser sa première opération coup de poing : un raid dans un atelier de textile exploitant des enfants. Il décide ensuite de dédier sa vie à cette cause, qui lui vaudra le prix Nobel de la paix en 2014, partagé avec la militante pour la scolarisation des filles, la Pakistanaise Malala Yousafzaï.

>> À voir : En Inde, le difficile destin des enfants abandonnés

Aujourd'hui, Kailash Satyarthi est à la tête de plusieurs ONG, dont Bachpan Bacho Andolan (BBA). Des membres de BBA nous ont permis de suivre du début à la fin l'un de leurs raids, une occasion rare.

Réunir les familles

Ces opérations, préparées en coordination avec la police, ne sont pas sans danger. Plusieurs membres de l'équipe de Kailash Satyarthi y ont déjà perdu la vie ou ont été victimes de représailles des bandes criminelles. Le raid que nous avons filmé a permis de libérer 42 enfants. Aucun des membres de notre équipe n'oubliera leurs visages lorsque nous avons pénétré dans cet atelier. Certains n'avaient pas vu la lumière du jour depuis des semaines, contraints de travailler jusqu'à 16 heures par jour.

>> À lire : Un 'serious game' permet de se mettre dans la peau d'une enfant victime de trafic humain

Une fois ces enfants secourus, les autorités doivent tenter de les identifier et de retrouver leurs parents. Un processus qui peut durer plusieurs mois, voire plusieurs années. En Inde, nombreux sont ceux qui n'ont pas de papiers d'identité et certaines familles, trop pauvres, ne disposent d'aucune photographie de leur enfant. Mais depuis quelques mois, la police expérimente une application de reconnaissance faciale. Un véritable bouleversement : après quatre jours d'utilisation seulement, en mai dernier, plus de 3 000 enfants ont pu être réunis avec leur famille. L'un des enfants que nous avons filmés lors du raid, Ali, 12 ans, a pu grâce à ce logiciel retrouver sa famille dans le Bihar, l'une des régions les plus pauvres d'Inde, à la frontière avec le Népal.

Mais certains enfants ne retrouvent jamais leur famille ou leurs parents, trop pauvres, préfèrent les laisser aux mains des autorités ou d'associations. Pour eux, Kailash Satyarthi et son épouse ont ouvert un centre dans le Rajasthan, il y a 20 ans. Là-bas, de nombreux bénévoles tentent de redonner confiance à ceux qui ne pensaient jamais pouvoir faire entendre leur voix dans la société indienne.

Par Philomène REMY , Edouard SUDRE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

09/11/2018 Reporters

Reporters : Le front d'Orient, prélude à la victoire de 1918

Il y a 100 ans, les soldats alliés combattaient sur le front d'Orient, près de Salonique. Des combats décisifs, dans des conditions terribles, qui ont précipité de plusieurs mois...

En savoir plus

02/11/2018 Reporters

Reporters : le Kentucky, ou l'Amérique de Trump

Les Américains votent le 6 novembre pour renouveler une partie de leur Parlement. Cette année, les élections de mi-mandat ont pris des allures de référendum pour ou contre le...

En savoir plus

26/10/2018 Reporters

Au Chili, la longue lutte des Mapuche pour leurs terres

Dans le sud du Chili, le conflit historique qui oppose les indigènes Mapuche aux forces de l'ordre se radicalise : incendies, menaces et confrontations armées se sont multipliés...

En savoir plus

19/10/2018 Reporters

Le Brexit, un océan d'incertitudes pour les pêcheurs

La sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne va entraîner des conséquences pour les pêcheurs, français notamment, qui avaient jusque là toute liberté pour jeter leurs filets...

En savoir plus

12/10/2018 Reporters

Reporters : Rohingya, l'impossible retour

Près d'un million de Rohingya ont fui les violences de l'armée birmane et survivent aujourd'hui au Bangladesh, dans le plus grand camp de réfugiés au monde. De l'autre côté des...

En savoir plus