Dans la presse

BCE : Super Mario a "fait sauter la banque"

France24

Au menu de cette revue de presse française présentée par Sandrine Gomes, la révolution de la "planche à billet" signée Mario Draghi à la BCE, le plan républicain de la ministre de l'Éducation pour restaurer les valeurs de la laïcité à l'école ou encore la modernisation de la loi de 1905 en débat...

Publicité

Le héros à la Une de la presse française ce matin c’est "Super Mario". Le président de la Banque centrale européenne (BCE) a fait "sauter la banque", titre en couverture "Libération". Le président de la BCE prend un virage historique en annonçant le rachat de 1140 milliards d’euros de dettes, notamment publiques. Une décision saluée par le journal, dans son édito, qui juge que les politiques monétaires du "quantitative easing" ("assouplissement monétaire") menées par les États-Unis ou la Grande Bretagne sont plus efficaces pour éviter la déflation et relancer la croissance. Seul bémol : "c’est avec un retard scandaleux que la BCE desserre le carcan qui bridait l’activité du continent… mais il n’est jamais trop tard pour bien faire…".

Pour "Les Echos", Draghi a réussi à lever un tabou. Il est le seul, précise l’édito, "à faire avancer une Europe à l’arrêt". Le président de la BCE "parachève une révolution copernicienne, celle de faire sortir la BCE de l’orthodoxie de la bundesbank".

Certains journaux comme "l’Opinion" sont plus sceptiques car "cet argent qui va bientôt couler à flot, c’est aussi un jackpot pour les nuls”. Selon le quotidien en ligne, "l’Europe et sa cohorte de pays anémiés se retrouvent dans la situation d’un malade épuisé à qui l’on a administré une quantité massive d’énergisant". Alors on verra bien, nous dit le journal, si la potion magique va fonctionner.

La presse s’intéresse aussi aux annonces de la ministre de l’Éducation nationale pour faire respecter la laïcité à l’école après les attentats. Pour "le Parisien", le principal défi qui se pose aux enseignants c’est le "rétablissement de l’autorité à l’école". Pour un syndicat d’enseignant "il manque la boîte à outil". Il faut donner des moyens aux équipes sur place pour travailler, par exemple, avec de petits groupes d’élèves. L’autorité, poursuit le journal, ça ne se décrète pas mais rétablir des règles républicaines qui définissent le "vivre-ensemble", "cela s’impose". Dans son édito, il défend le recours à l’autorité "parce qu’en perdant le respect des autres, on en arrive à tout mépriser. Y compris les morts". Enseignement du fait religieux dans les programmes, charte de la laïcité signée par les parents, apprentissage et respect des règles de civilité sous peine de travaux d’intérêt général…

Pour "Le Figaro", ces mesures constituent un plan hétéroclite pour l’école. Le journal de droite estime que la ministre de l’éducation n’a présenté que des mesures symboliques, prises dans l’urgence, et pour certaines déjà en chantier.

Enfin, "l’Opinion" se demande s’il ne faudrait pas moderniser la loi de 1905 qui établit la séparation de l’Église et de l’État ? Elle serait dépassée selon le journal car lorsqu’elle a été rédigée, l’Islam n’existait pas pour le législateur. Or aujourd’hui, l’Islam est la 2ème religion de France. Parmi les pistes de modernisation permettre à l’État de contribuer à la formation et à l’évaluation des imams, des aumôniers de prison et; pourquoi pas, au financement de nouvelles mosquées. Elles échapperaient ainsi à l’emprise de l’étranger…
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine