Dans la presse

Les lingots d'or cachés de Jean-Marie Le Pen

Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse présentée, mardi, par Sandrine Gomes : les lingots d'or cachés de Jean-Marie Le Pen, la suppression des classes bilingues au collège qui met en colère les Allemands, le départ prochain en retraite des "baby boomers", synonyme de baisse du chômage en France ou encore ce CDI d'un gardien de but allemand qui inquiète le monde du foot.

Publicité

C’est une information exclusive du site Mediapart qui suscite plusieurs réactions dans la presse mardi. Le président d’honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen aurait placé des fonds en Suisse et notamment de l’or. Au total 2,2 millions d’euros dont 1,7 sous forme de lingots d’or, cachés jusqu’en 2014 au sein de la banque HSBC puis à la Compagnie bancaire helvétique. Ce compte serait aujourd’hui détenu via un trust basé aux Îles vierges britanniques, sous la responsabilité légale du majordome de Jean-Marie Le Pen, un certain Gérald Guérin.

Pour "Libération", "Le Pen c’est le choc des mots et le poids des lingots". Le quotidien rappelle qu’en 2013 déjà, le parquet de Paris avait déjà ouvert une enquête préliminaire sur les déclarations de patrimoine de Jean-Marie Le Pen. Un enrichissement suspect avait été constaté entre 2004 et 2009.

Ce poids des lingots pèse aussi très lourd sur les épaules de Marine Le Pen . Pour Dominique Garraud, dans la "Charente Libre" : "Les ennuis de Le Pen père conduisent forcément à ceux de Le Pen fille". Marine le Pen qui devra s’expliquer sur plusieurs magouilles politico-financières en lien avec le parti doit aussi "évacuer les aspects les plus encombrants de l’héritage politique de son père".

C’est une réforme scolaire qui tourne à l’imbroglio politique entre la France et l’Allemagne rapporte "le Figaro". Car "face à la disparition de l’allemand au collège, Berlin proteste" titre le journal. L’ambassadrice d’Allemagne en France aurait notamment adressé un message à la ministre de l’Éducation Najat Vallaud Belkacem pour lui expliquer que ce projet de réforme risquait bien" d’affaiblir la dynamique des accords bilatéraux entre les deux pays". La polémique a même gagné la plus haute sphère de l’État en Allemagne. Selon le quotidien, la chancelière mettrait la pression sur Paris. "Si la France se désengage, il est à parier que l’Allemagne en fera de même" poursuit ce quotidien.

La presse française revient aussi longuement sur les mauvais chiffres du chômage du mois de mars. Pour "les Échos", il y a de l’espoir grâce à un rapport publié mardi par le ministère du travail. Selon ses conclusions l’emploi repartira d’ici 2022 en vertu des départs massifs en retraite des "Baby boomers". Entre 2005 et 2022, il devrait y avoir 800 000 postes à pourvoir par an. Dans le top 3 des postes à pourvoir : les aides à domicile, les aides-soignants et les infirmiers. Pour "Libération", le "troisième âge" est "métier d’avenir".

Enfin, il y a cette première qui inquiète le monde du football. "Le Figaro" nous raconte l’histoire d’Heinz Muller, le gardien de but d’un club de l’élite allemande le : FSV Mayence 05. À 36 ans passés, en conflit avec son club, il vient d’obtenir la requalification de son CDD en CDI.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine