Accéder au contenu principal
Portrait

MMA : Khabib Nurmagomedov, dernier combat au nom du père

"L'Aigle du Daguestan" a conservé sa ceinture, avant de prendre sa retraite dans la foulée.
"L'Aigle du Daguestan" a conservé sa ceinture, avant de prendre sa retraite dans la foulée. © Christopher Pike, Reuters

Le champion russe de MMA Khabib Nurmagomedov, invaincu en 29 combats, a tiré sa révérence samedi, après une dernière victoire en UFC face à l'Américain Justin Gaethje. Quelques mois après la mort de son père, il a annoncé prendre sa retraite pour respecter une promesse faite à sa mère. Portrait.

Publicité

Il n'a pu retenir ses larmes. À la fin du combat, Khabib Nurmagomedov s'est effondré au sol. L'un des plus grands combattants de l'histoire du MMA (mixed martial arts ou combat libre) a éclaté en sanglots. Après avoir conservé son titre de champion des légers en dominant par soumission l'Américain Justin Gaethje, le Russe n'a manifesté aucune joie. Il a déclaré avoir surtout pensé à son père décédé en juillet dernier des suites du Covid-19. Très touché par cette disparition, il a annoncé dans la foulée qu'il prenait sa retraite, en jetant symboliquement ses gants au sol.

"C'était mon dernier combat, il n'y a aucune chance que je revienne ici sans mon père. Quand l'UFC m'a proposé le combat avec Justin Gaethje, j'ai parlé pendant trois jours avec ma mère. Elle ne veut pas que j'aille combattre sans mon père. Je lui ai promis que ce serait mon dernier combat", a déclaré Khabib Nurmagomedov très ému au micro de l'Ultimate Fighting Championship (UFC), la plus importante ligue de MMA. 

"Je suis le champion indiscutable et invaincu avec mes 13 victoires et 0 défaite [en UFC] et mes 29 victoires pour 0 défaite durant toute ma carrière en MMA", a-t-il martelé. "C'était le rêve de mon père", a-t-il ajouté.

Le plus grand de tous les temps ?

Le Russe, originaire du Daguestan, quitte donc les octogones sur un bilan incroyable. Les champions Edson Barboza, Al Iaquinta, Conor McGregor, Dustin Poirier, ont tous été terrassés par sa force. 

Son grand rival l'Irlandais Conor McGregor, qu'il avait battu en 2018, n'a d'ailleurs pas manqué de saluer l'annonce de sa retraite : "Belle performance, Khabib. Je vais continuer. Respect et condoléances pour ton père, toi et ta famille. Sincèrement. La famille McGregor", a réagi l'ancien champion des légers sur Twitter. "Le plus grand champion de l'histoire de l'UFC", a aussi commenté Daniel Cormier, ancien champion des lourds légers et des lourds, et partenaire d'entraînement.

Apprendre à lutter avec un ourson

Né il y a trente-deux ans à Sildo, un village de l'est du Daguestan, Khabib Nurmagomedov a marqué son sport de son empreinte. Souvent présenté comme le GOAT (Greatest Of All Time, le meilleur de tous les temps) du MMA, il a acquis au fil des années le surnom d'Aigle du Daguestan. Très jeune, il est initié à la lutte par son père, Abdulmanap Nurmagomedov, un ancien militaire. Sur des images diffusées par l'UFC, on peut le voir à l'âge de 9 ans se battre contre un ourson. "Plus qu'un exercice, c'était un test de son caractère face à l'adversité", avait expliqué son père au site ToFight en 2015.

En 2001, la famille déménage dans la capitale Makhachkala où le jeune garçon continue à s'entraîner à la lutte et au judo. Sept ans plus tard, il commence sa carrière professionnelle en MMA. Ses débuts sont fracassants. Il gagne quatre combats en moins d'un mois. Très vite, le Russe se fait un nom, mais c'est son combat contre Conor McGregor en 2018 qui le fait véritablement rentrer dans l'histoire, même si elle s'était alors soldée par une bagarre générale.

"Je suis désolé, je suis conscient que je n'ai pas montré mon meilleur visage. Mais il a insulté ma famille, ma religion, mon pays…", avait à l'époque regretté Khabib Nurmagomedov avant de conclure : "Je vous quitte, je sais que mon père va me passer un savon quand je vais rentrer. Ce n'est pas comme ça que j'ai été éduqué". 

Au-delà du sport, Khabib Nurmagomedov est devenu un emblème pour son peuple. Avant et après chaque combat, il avait pris l'habitude d'arborer la Papakha, une coiffe traditionnelle. Particulièrement populaire sur les réseaux sociaux, chacun de ses déplacements provoque des mouvements de foule. Cette réussite lui a également permis de se créer une petite fortune. Selon Yahoo Sports, son combat face à Conor MGregor lui aurait rapporté près de 1,8 millions d'euros, tandis qu'il aurait touché 10 millions de dollars pour affronter la nuit dernière Justin Gaethje. De quoi aborder la retraite, en toute sérénité. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.