Accéder au contenu principal
AVANT MATCH

Ligue des champions : Face à Porto, l'OM veut éviter "la honte" du record de défaites

La célébration du buteur Sergio Oliveira face à l'OM lors du match aller de Ligue des champions.
La célébration du buteur Sergio Oliveira face à l'OM lors du match aller de Ligue des champions. © Miguel Riopa, AFP
5 mn

Face à Porto mercredi, l'Olympique de Marseille pourrait dépasser un triste record : le nombre de défaites consécutives en Ligue des champions. Les Olympiens veulent tout faire pour l'éviter et se relancer pour accrocher la troisième place, synonyme de reversement en Ligue Europa. Voire mieux.

Publicité

Dire que l'OM est mal engagé en Ligue des champions relève de l'euphémisme. Au moment de recevoir le FC Porto au Vélodrome, les Marseillais en sont à trois défaites en autant de matches. Pire : ils sont englués dans une série noire de 12 défaites en autant de rencontres dans la compétition.

En s'inclinant au Portugal lors du match aller, les Marseillais ont ainsi égalé le triste record d'Anderlecht (2003-2005) et pourraient devenir donc le seul club européen à enchaîner 13 revers en cas de défaite mercredi 25 novembre.

"Concrètement, à un moment donné, il faut avoir un peu d'ego"

"On a touché notre point le plus bas, maintenant, il faut faire quelque chose", analyse l'entraîneur André Villas-Boas, en conférence de presse. "Le premier obstacle c’est l’envie, faire plus, gagner plus de ballons. Le deuxième, c’est une équipe de Porto qui maîtrise ces paramètres émotionnelles. C’est la clé. Si on débloque cet aspect mental, ça va nous aider dans l’organisation."

"Concrètement, à un moment donné, il faut avoir un peu d'ego, se regarder dans un miroir, en tant que compétiteur on ne peut pas accepter ça", martèle Florian Thauvin lors de la conférence de presse d'avant-match. Le parcours désastreux de l'OM en C1, zéro point, zéro but, "ça fait mal", souligne l'ailier. "Personnellement, j'ai du mal à l'assumer, j'ai un sentiment de honte, quand on joue dans un club comme l'OM, si puissant, avec tant de supporters..."

L'OM n'arrive cependant pas dans les meilleures conditions. Les Olympiens auront passé 19 jours sans jouer, après la trêve internationale et le match reporté contre Nice samedi dernier, en raison de plusieurs cas de Covid-19 au sein de l'effectif niçois.

Une victoire pourrait toutefois les relancer dans la course à la 3e place, synonyme de qualification en 16es de Ligue Europa, un strapontin actuellement occupé par les Grecs de l'Olympiakos (3 pts), qui reçoivent le leader incontesté Manchester City (9 pts). Voire mieux.

S'inspirer de l'Atalanta 2019 ?

En cas de victoire contre Porto, l'Olympique de Marseille pourrait mathématiquement encore prétendre à la deuxième place du groupe C. Dans l'histoire de la Ligue des champions, une seule équipe a réussi l'exploit de se qualifier après trois défaites initiales : l'Atalanta en 2019.

Lors de la phase aller, les Italiens avaient enchaîné les revers : 5-1 contre Manchester City, 2-1 à domicile contre le Shakhtar Donetsk et 4-0 à Zagreb contre le Dynamo. Cependant, lors de la phase retour, les Bergamasques ont enregistré les bonnes performances : 3 à 0 à Donetsk contre le Shaktar, 2 à 0 contre Zagreb et enfin un match nul contre Manchester City (1-1). Sept points et un scénario favorable qui lui permettaient de s'offrir une qualification en huitième de finale.

"Marseille peut encore y croire, entretenir la flamme", se méfie l'entraîneur de Porto, Sérgio Conceiçao. "Il ne faut pas voir seulement leur parcours dans cette compétition mais aussi ce qu'ils font en championnat, car s'ils gagnent leurs deux matches en retard ils sont premiers [en Ligue 1]", prévient-il. "C'est un match à la vie à la mort pour eux", alerte de son côté le milieu Sérgio Oliveira .

Pour se relancer, il faudrait cependant déjà que l'OM marque ce que l'équipe olympienne n'a toujours pas fait après 270 minutes sur la scène européenne cette saison...

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.