Stéphanie Frappart va de nouveau marquer l'Histoire en arbitrant un match de Ligue des champions

La Française Stéphanie Frappart, lors de la rencontre de la Ligue Europa entre Leicester City et Zorya Louhansk, le 22 octobre 2020.
La Française Stéphanie Frappart, lors de la rencontre de la Ligue Europa entre Leicester City et Zorya Louhansk, le 22 octobre 2020. REUTERS - PHIL NOBLE

La Française Stéphanie Frappart va devenir, mercredi, la première femme arbitre d'une rencontre de Ligue des champions. Elle a été désignée pour le match Juventus Turin-Dynamo Kiev.

Publicité

L'arbitre française Stéphanie Frappart n'en finit plus d'écrire l'Histoire. Après avoir été la première femme au sifflet en deuxième division française (2014) puis en Ligue 1 masculine (2019), puis la première à diriger une rencontre internationale masculine officielle et un match de Supercoupe d'Europe, elle a été désignée par l'UEFA pour arbitrer la rencontre Juventus Turin-Dynamo Kiev, mercredi 2 décembre, en Ligue des champions. Elle va devenir la première femme à assumer cette responsabilité dans la prestigieuse compétition continentale.

Pour son 12e match de la saison 2020/21, elle conduira au Juventus Stadium de Turin une équipe 100 % masculine et française : Hicham Zakrani et Mehdi Rahmouni comme arbitres assistants, Karim Abed comme quatrième arbitre et Benoît Millot et Willy Delajod à la vidéo.

Une longue carrière

L'ancienne joueuse de l'AS Herblay en région parisienne, qui a commencé à arbitrer dès 13 ans, a gravi marche après marche dans le sillage de deux pionnières, la Suissesse Nicole Petignat, première femme à officier en Coupe de l'UEFA en 2003, et l'Allemande Bibiana Steinhaus, première arbitre femme dans un grand championnat européen.

"C'est à la fois un privilège, un honneur et une responsabilité. J'espère que mon parcours va encourager les jeunes filles à s'engager dans l'arbitrage", disait Stéphanie Frappart à l'été 2019 à l'aube de sa première saison complète dans l'élite, finalement interrompue par le coronavirus en mars.

"Nous devons prouver physiquement, techniquement et tactiquement que nous sommes les mêmes que les hommes. Je n'ai pas peur de ça. Rien ne change pour moi", avait-elle également déclaré en août 2019 à la veille du match de Supercoupe d'Europe entre Liverpool et Chelsea.

L'entraîneur de Liverpool Jürgen Klopp avait salué le sang-froid de l'arbitre et de ses assistantes après la Supercoupe 2019. "Il y avait tellement de pression pour ce moment historique... Elles sont restées calmes et ont fait ce qu'elles avaient à faire. Je ne pourrais pas avoir plus de respect pour Stéphanie Frappart", avait dit le technicien allemand.

Le 7 juillet 2019, devant des millions de téléspectateurs, Stéphanie Frappart avait aussi officié lors de la finale du Mondial féminin à Lyon entre les États-Unis et les Pays-Bas.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine