Accéder au contenu principal

Trophée des champions : quatre mois après un PSG-OM houleux, "bien plus qu'un Clasico"

Le "Clasico" entre le PSG et l'OM du 13 septembre 2020 avait dégénéré après une altercation entre Neymar et Alvaro.
Le "Clasico" entre le PSG et l'OM du 13 septembre 2020 avait dégénéré après une altercation entre Neymar et Alvaro. © Franck Fife, AFP
6 mn

Quatre mois après un "Clasico" remporté par l'OM mais marqué par des accusations mutuelles de racisme et d'homophobie, le PSG et l'OM se retrouvent mercredi pour le Trophée des champions. L'occasion pour le nouvel entraîneur parisien Mauricio Pochettino de lancer son mandat.

Publicité

Au pays des corons, malgré le huis clos et les températures hivernales, l'ambiance sera chaude mercredi 13 janvier sur la pelouse pour le Trophée des champions entre le PSG et l'OM. Le club de la capitale a une revanche à prendre sur son rival phocéen après sa première défaite en neuf ans dans le "Clasico" en septembre au terme d'un match houleux.

C'est "bien plus qu'un Clasico", note mercredi le quotidien Le Parisien, en évoquant le mauvais souvenir du 13 septembre. La Provence titre de son côté sur "la revanche" en une du journal.

"Des choses qui ne doivent pas arriver dans le football"

Cinq cartons rouges, un début de bagarre générale, des accusations d'injures racistes et homophobes, un crachat d'Angel di Maria vers Alvaro Gonzalez... Le 13 septembre dernier, dans un match comptant pour la troisième journée, les deux rivaux du football français se sont quittés dans une ambiance délétère.

"Il s'est passé des choses qui ne doivent pas arriver dans le football", a lâché le gardien parisien Keylor Navas, sans parler de revanche.

Le match s'est surtout conclu sur la première victoire de Marseille dans un "Clasico" (1-0) depuis neuf ans et la première victoire au Parc des princes depuis plus d'une décennie. Le résultat a prouvé que l'OM regarde désormais son rival droit dans les yeux et le match devrait être ouvert, d'autant que Paris, septuple tenant du titre, est en pleins travaux, depuis le remplacement sur le banc de Thomas Tuchel par Mauricio Pochettino durant la trêve hivernale.

>> À lire aussi : "Football : Mauricio Pochettino, un 'shérif' pour relancer la machine PSG"

"C'est une question de fierté"

"C'est spécial, contre un club rival. Le plus important, c'est de gagner. C'est aussi une question de fierté", a estimé l'entraîneur parisien, qui en a joué six comme joueur, pour trois victoires et deux défaites, entre 2001 et 2003.

Vainqueur des sept dernières éditions du Trophée des champions, le PSG traverse une période de reconstruction sous la houlette de "Poche", qui cherche la bonne stratégie pour "gagner avec style".

Le retour de Neymar, disponible après un mois d'absence en raison d'une blessure à une cheville, est une bonne nouvelle pour le football spectaculaire qu'il a promis, mais il ne dispose d'aucune marge : son équipe vient de boucler sa pire phase aller de championnat en quatre ans.

Pochettino doit absolument gagner pour lancer son mandat... et ouvrir son palmarès comme entraîneur, lui qui n'a rien gagné lors de ses passages à l'Espanyol Barcelone, Southampton et Tottenham.

Un premier trophée pour l'OM ?

"La normalité, c'est que le PSG gagne toutes les compétitions nationales. Donc on n'a pas cette pression d'être obligés de gagner. Ce n'est pas la faute de l'OM, c'est la réalité du championnat le plus déséquilibré au monde", a assuré l'entraîneur marseillais André Villas-Boas, pour balayer les attentes grandissantes autour d'un premier trophée de l'OM depuis la Coupe de la Ligue 2012.

Mais depuis sa signature en 2019, le Portugais a fait exploser une à une les barrières : c'est lui qui a ramené l'OM en Ligue des champions après sept ans d'absence et qui l'a conduit vers son premier podium de L1 depuis 2013.

Il ne manque qu'un trophée au charismatique technicien, qui réfléchit sur la suite à donner à son contrat expirant en juin 2021.

"La victoire au Parc peut servir d'inspiration. Gagner un trophée, c'est important pour l'OM et surtout quand c'est contre le PSG. C'est une opportunité", reconnaît l'entraîneur portugais.

Villas-Boas pourra compter sur sa recrue Pol Lirola, le latéral droit espagnol prêté mardi par la Fiorentina jusqu'à la fin de la saison.

Cependant, la confiance du début de saison s'est effritée au fil d'une campagne de Ligue des champions ratée, conclue à la dernière place du groupe. Les Marseillais n'ont aussi remporté qu'un seul de leurs cinq derniers matches de championnat.

Pochettino veut se lancer, Marseille se relancer… Le 99e "Clasico" de l'Histoire promet.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.