Football : le CHAN-2021, un défi pour le Cameroun en pleine pandémie de Covid-19

Le Cameroun a ouvert le bal samedi 16 janvier au stade de Yaoundé face au Zimbabwe.
Le Cameroun a ouvert le bal samedi 16 janvier au stade de Yaoundé face au Zimbabwe. © Pierre-René Worms
5 mn

Premier grand tournoi de football africain organisé depuis le début de la pandémie, le Championnat d'Afrique des Nations (CHAN) est une compétition réservée aux joueurs évoluant sur le continent. L'événement fait figure de test pour le Cameroun, qui doit accueillir dans un an la reine des compétitions africaines : la Coupe d'Afrique des nations (CAN).

Publicité

Les supporters sont de retour dans les stades de football au Cameroun : le CHAN 2021 a débuté samedi 16 janvier par une rencontre à Yaoundé entre le pays organisateur et le Zimbabwe, alors que la deuxième vague du Covid-19 frappe le continent africain et que l'apparition de nouveaux variants du virus fait craindre une explosion des contaminations.

Malgré la recrudescence de l'épidémie, cet événement doit servir de tour de chauffe avant la Coupe d'Afrique des nations (CAN), qui se jouera en janvier 2022, également au Cameroun, et fait figure de test de la capacité de Yaoundé à héberger une compétition internationale au moment où il est confronté à deux conflits sanglants : dans le nord où le groupe jihadiste Boko Haram multiplie les attaques et dans les régions anglophones de l'ouest du pays.

Le tournoi, prévu du 16 janvier au 7 février, oppose 16 sélections nationales africaines et rebat généralement les cartes du football continental africain, puisque les stars africaines évoluant à l'étranger n'ont pas le droit d'y participer.

Cette sixième édition de la compétition devait initialement se tenir en avril 2020, mais avait été repoussée à cause de la pandémie de Covid-19.

Plusieurs milliers d'aficionados du ballon rond sont attendus pour cette première grande compétition continentale depuis l'apparition du virus. Une délivrance pour certains supporters, comme Martin Tobokbe, un habitant de Yaoundé. "Mon pays organise et joue ce tournoi, c'est un devoir de le supporter", se réjouit-il.

Les supporters se réjouissent de pouvoir enfin revenir dans un stade.
Les supporters se réjouissent de pouvoir enfin revenir dans un stade. © Pierre-René Worms

"Un risque d'importation du virus"

Mais ce tournoi est un "défi d'envergure" pour le Cameroun, estime le docteur Yap Boum II, épidémiologiste et responsable d'un centre de recherches de Médecins sans frontières (MSF) à Yaoundé. "Avec les voyageurs qui arrivent, il y a un risque d'importation du virus", prévient-il.

"L'inquiétude est bien réelle, d'autant que les Camerounais ne respectent quasiment plus les mesures contre le virus", estime-t-il.

Le CHAN va se dérouler pendant qu'une deuxième vague de l'épidémie frappe le continent africain et que l'apparition de nouveaux variants du virus fait craindre une explosion des contaminations.

Face à la maladie, qui a déjà fait 451 morts au Cameroun et touché officiellement quelque 27 336 personnes, les autorités du pays ont adopté un protocole sanitaire. Limitation à 25 % du taux d'occupation des stades lors des premières phases de la compétition, puis 50 % à partir des demi-finales, port du masque obligatoire, distanciation sociale...

"La distance entre deux spectateurs est établie entre deux à trois sièges", a précisé à l'AFP Hervé Emmanuel Nkom, responsable d'un des deux stades retenus pour la compétition à Douala, la capitale économique.

La distanciation sociale sera de mise durant cette compétition qui se déroulera du 16 janvier au 7 février.
La distanciation sociale sera de mise durant cette compétition qui se déroulera du 16 janvier au 7 février. © Pierre-René Worms

Un défi sécuritaire

Le ministre camerounais des Sports, Narcisse Mouelle Kombi a souligné en outre un "dispositif spécial de marquage des places assises", tandis que le Premier ministre Joseph Dion Ngute a cherché à rassurer, évoquant "un moment de plaisir".

Le pays est "en train de sortir du Covid-19, c'est donc l'occasion pour les Camerounais d'être contents après une année difficile", a-t-il affirmé en décembre.

Les rencontres se dérouleront dans les stades de trois villes : Yaoundé, Douala et Limbé, dans le sud-ouest du pays, une région en proie à une insurrection séparatiste anglophone qui a fait plus de 3 000 morts et forcé plus de 700 000 personnes à fuir leur domicile depuis fin 2016.

Le défi est donc également sécuritaire pour le Cameroun qui n'a plus organisé de tournoi majeur de football masculin depuis 1972, alors que des séparatistes ont menacé de perturber la compétition à Limbé, mais aussi à Buéa, également dans la région du Sud-Ouest, où certaines équipes s'entraîneront.

Dans ce climat pesant, le Cameroun a ouvert le bal avec une victoire 1 but à 0 face au Zimbabwe au stade de Yaoundé en présence du président de la Fédération internationale de football (Fifa), Gianni Infantino.

Le Maroc est candidat à sa propre succession après son titre à domicile en 2018, en l'absence de l'Algérie, lauréate de la dernière CAN.

Avec AFP

                  

  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine