Super Bowl : une finale placée aussi sous le signe des femmes

L'arbitre Sarah Thomas lors du Super Bowl, le 7 février 2021 à Tampa Bay.
L'arbitre Sarah Thomas lors du Super Bowl, le 7 février 2021 à Tampa Bay. © Brian Snyder, Reuters

L'arbitre Sarah Thomas a écrit une nouvelle page du sport américain en devenant dimanche la première femme à arbitrer un Super Bowl. Deux de ses collègues, Maral Javadifar et Lori Locust sont également devenues les premières femmes à décrocher le titre en tant que membres du staff des entraîneurs de Tampa Bay.

Publicité

La finale du Super Bowl, dimanche 7 février, entre les Buccaneers de Tampa Bay et les Chiefs de Kansas City a donné lieu à une pluie de records. Alors que Tom Brady a décroché avec l'équipe de Floride son 7e sacre et que son coach, Bruce Arians, est devenu à 68 ans l'entraîneur le plus âgé à soulever le trophée Vince Lombardi, Sarah Thomas a aussi marqué l'histoire en devenant la première femme à arbitrer une finale de NFL.

Originaire du Mississippi, elle a fait partie du corps arbitral de cette rencontre comprenant au total huit personnes. Sa présence lors du Super Bowl a même été saluée par la Première dame, Jill Biden.

Le quotidien USA Today a insisté sur le caractère historique de cette première. "Pendant des décennies, l'arbitrage était simplement confié à des hommes blancs. Les Noirs n'étaient pas autorisés. Aucune personne de couleur et encore moins des femmes", rappelle le journal. 

Comme le décrit également Le Journal de Québec, "la NFL demeure un milieu majoritairement réservé aux hommes, mais la gent féminine commence à briser les stéréotypes. Jamais le Super Bowl n'aura donné autant de place aux dames, avec deux d'entre elles qui figurent sur le personnel d'entraîneurs à temps plein des Buccaneers [Lori Locust et Maral Javadifar, NDLR], en plus de Sarah Thomas". Ces deux femmes, qui officient respectivement en tant qu'assistante à la ligne défensive et coordinatrice en conditionnement physique, sont d'ailleurs devenues les premières représentantes féminines à remporter le titre grâce à la victoire de Tampa Bay.

Le journal canadien souligne aussi que "Sarah Thomas n'a certainement pas obtenu cette vitrine dans un élan de marketing", mais qu'elle a pris part à 92 rencontres. Sarah Thomas a d'ailleurs expliqué que son rêve n'a jamais été "d'arbitrer au Super Bowl, mais de devenir la meilleure de ma profession". 

"Faites-le parce vous aimez ça"

Cette pionnière, âgée de 47 ans, était déjà devenue en 2015 la première femme arbitre engagée à plein temps dans la Ligue professionnelle de football américain (NFL), et la première à officier lors d'un match de play-offs en 2019.

"Quand j'ai commencé à arbitrer, il y avait très peu de femmes dans le football américain... L'autre jour, j'ai reçu un mail provenant de quelques arbitres de l'étranger, on peut en voir l'impact à travers le monde. Mon message pour elles est le suivant : 'Faites-le, parce que vous aimez ça, pas parce que vous voulez être reconnue'", avait-elle expliqué avant le Super Bowl.

Thomas a commencé à arbitrer en 1996, gravissant les échelons chez les jeunes jusqu'au lycée. Elle craignait de ne jamais accéder au niveau universitaire, après qu'un officiel lui ait dit qu'il ne l'affecterait jamais à un match en raison de son sexe. Cependant, elle a été repérée par Joe Haynes, un recruteur de la NFL, qui a l'a recommandée à Conference USA, un groupement interuniversitaire basé dans le sud des États-Unis. 

Un modèle

Sa carrière en NFL a ensuite pris son envol, après avoir fait impression lors de camps d'entraînement avec les New Orleans Saints et les Indianapolis Colts. Elle a fait ses débuts en tant que juge de ligne en 2016. Une première expérience douloureuse, puisqu'elle s'est cassée un poignet après avoir été renversée par un joueur lors d'un match entre les Minnesota Vikings et les Green Bay Packers. Malgré la blessure, elle avait tenu courageusement à finir la rencontre.

Elle espère désormais devenir un modèle inspirant. "J'ai une petite fille qui regarde sa mère et de savoir que j'ai un impact sur elle et sur d'autres jeunes filles un peu partout, ça me rend honorée et humble", a-t-elle mentionné par le biais d'une vidéo distribuée par la NFL.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine