Mondial des clubs : André-Pierre Gignac, un Français devenu une légende au Mexique

André-Pierre Gignac,lors de la demi-finale contre Palmeiras, le 7 février 2021.
André-Pierre Gignac,lors de la demi-finale contre Palmeiras, le 7 février 2021. © Mohammed Dabbous, Reuters

André-Pierre Gignac et les Tigres de Monterrey affrontent, jeudi, le Bayern Munich en finale du Mondial des clubs au Qatar. À 35 ans, le Français n'en finit plus de briller avec le club mexicain. Alors que beaucoup lui avait prédit une fin de carrière peu glorieuse en Amérique centrale, le footballeur a prouvé qu'il était encore au sommet.

Publicité

Mai 2015. André-Pierre Gignac est en fin de contrat avec l’Olympique de Marseille. Auteur d’une excellente saison avec 21 buts au compteur, l’attaquant est courtisé par plusieurs clubs européens. Mais contre toute attente, le footballeur, alors âgé de 29 ans, fait un pari osé en décidant de s’envoler pour le Mexique et de signer avec les Tigres de Monterrey.

"J'avais un bon pressentiment. Tout m'attirait dans la proposition des Tigres. J'ai dit oui en un jour, on a négocié une nuit", confiera plus tard le joueur à L'Équipe Magazine en 2019.

Le mariage est immédiatement une réussite. Entre les supporters mexicains et le jeune français, c’est le coup de foudre. Un mois après son arrivée, il participe à sa première finale de la Copa Libertadores. Les Tigres s’inclinent face à River Plate, mais André-Pierre Gignac commence à écrire son histoire.

En seulement six mois, le Provençal devient l’idole de toute une ville. Les produits dérivés à son effigie s'arrachent et un couple prénomme même son nouveau-né André Gignac Quistian Palomo.

À ceux qui s’interrogeaient sur ce choix plutôt surprenant à quelques mois de l’Euro-2016, André-Pierre Gignac répond de la plus belle des manières. Les statistiques parlent d’elles-mêmes. Sous le maillot des Tigres, Gignac a inscrit 147 buts en 246 matches, battant le record de buts inscrits par un joueur européen dans le championnat mexicain, détenu depuis 1946 par l'Espagnol Isidro Langara (124 buts). 

Une statue à son effigie

Avant lui, le club de Monterrey n'avait remporté en 55 ans que trois titres de champion et trois coupes nationales. En seulement cinq saisons, le Français l’a aidé à décrocher quatre titres de champion national, trois supercoupes mexicaines et plus récemment la Ligue des champions de la Concacaf après trois finales perdues. Un palmarès qui suscite l'admiration d'anciennes gloires du championnat. 

"Pour moi, Gignac a été l'un des meilleurs joueurs du football mexicain ces derniers temps", a déclaré le Paraguayen José Cardozo, auteur de 249 buts au Mexique entre 1995 et 2005. "J'aime voir un joueur comme ça, un joueur compétitif, un joueur qui n'aime pas perdre, et dernièrement il a été beaucoup comparé à moi à cause des buts." "Que vous soyez fan des Tigres ou non, vous devez reconnaître la grandeur de Gignac", a estimé pour sa part le journaliste de la Televisión Azteca Carlos Guerrero.

Preuve de son incroyable popularité, la création d’une statue à l’effigie de l’ex-Marseillais a été annoncée par le club devant son stade. André-Pierre Gignac montre aussi régulièrement son attachement envers son pays d’adoption. Il a demandé la naturalisation en décembre 2018 et l'a obtenue, avec sa femme Deborah, en avril 2019, leurs deux enfants étant nés dans le pays. "Je me sens chez moi ici. Je me sens très bien et ma famille aussi", avait-il expliqué en 2016 comme le raconte le site Vice. "J'espère rester de nombreuses années ici à Monterrey et au Mexique. Je suis heureux de pouvoir donner une belle image de mon pays au Mexique et une belle image du Mexique en France. "

Sur le toit du monde

À 35 ans, "Dédé" Gignac est déjà entré dans la légende des Tigres et a l’occasion d’écrire, jeudi 11 février, une des plus glorieuse pages de son club. Lors du Mondial des clubs organisé actuellement au Qatar, l’attaquant a encore une fois porté les siens. Il a marqué les trois buts inscrits par son équipe : un doublé en quart de finale puis un penalty en demi-finale, pour écarter les Brésiliens de Palmeiras (1-0) et s’offrir une place en finale face au Bayern Munich. C’est la première équipe de la Confédération nord et centre-américaine à atteindre ce niveau du tournoi mondial.

Face aux champions d’Europe en titre, une victoire des Mexicains serait une énorme surprise puisque, depuis sa création dans son format moderne au début des années 2000, le Mondial des clubs a toujours été remporté soit par le représentant de l'Europe, soit par celui de l'Amérique du Sud, mais le Français veut y croire. "Nous sommes venus ici pour écrire l'histoire, il y a très longtemps que nous attendons ce moment", a lancé l'ancien Marseillais, avant ce choc.

Le Bayern, qui l'a déjà gagné en 2013, est favori pour tenter de sceller un sextuplé de trophées en l'espace d'un an (Coupe-Championnat-Ligue des champions, plus les Supercoupes d'Allemagne et d'Europe), mais les Tigres vont tout faire pour déjouer les pronostics. Les Bavarois se méfient d’ailleurs de leurs adversaires. "En demi-finales, les Tigres m'ont impressionné. Ils jouent un football intense, ils ont de très bons joueurs offensifs. C'est une belle équipe", a ainsi admis Hans-Dieter Flick, l’entraîneur du Bayern, comme le rapporte l’Équipe.

Sous contrat jusqu'en juin 2021, Gignac a la possibilité de prolonger à Monterrey jusqu'en 2022. Amoureux de son nouveau pays, il pourrait poursuivre cette romance, quelle que soit l'issue de la finale.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine