Homophobie : le football allemand du côté de celles/ceux qui font leur coming out

La banderole contre l'homophobie du Borussia Dortmund déployé en 2017 à l'occasion d'un match contre Francfort.
La banderole contre l'homophobie du Borussia Dortmund déployé en 2017 à l'occasion d'un match contre Francfort. © Sascha Schuermann, AFP
4 mn

Plus de 800 footballeurs et footballeuses de Bundesliga ont signé une tribune, publiée mercredi dans le magazine sportif allemand "11 Freunde", pour promettre leur soutien si un ou une de leurs pairs venait à révéler son homosexualité.

Publicité

"Nous sommes de votre côté." En Allemagne, plus de 800 professionnels du football ont manifesté leur soutien, dans une tribune publiée mercredi 17 février, à toute personne qui souhaiterait faire son coming out alors que le sujet reste trop souvent tabou dans les vestiaires.

"Nous sommes maintenant en 2021 et il n'y a toujours pas un seul professionnel de football ouvertement gay dans le football masculin en Allemagne", expliquent-ils dans cette tribune publiée dans le mensuel sportif "11 Freunde". "Personne ne devrait être forcé à effectuer son coming out. C'est un choix libre et individuel. Mais c'est notre objectif que tous ceux qui décident de franchir le pas puissent être certains de notre soutien total."

L'appel a été signé par l'ensemble des effectifs des clubs du Borussia Monchengladbach, du Borussia Dortmund, Hoffenheim, Schalke, Werder Brême ou encore Fribourg. D'autres ont signé à titre individuel comme les joueuses de Wolfsburg Lara Dickenmann, Alexandra Popp et Almuth Schult

"La sexualité d'une personne ne devrait pas avoir d'importance. Tout le monde est parfait, unique et spécial. C'est pourquoi personne ne devrait avoir à se cacher", ont-elles écrit.

"Cela ferait-il une différence si l'un de mes coéquipiers faisait son coming out ? Non ! Nos fans, le club et notre équipe ont toujours indiqué clairement que nous acceptons tout le monde tel qu'il est", explique Sebastian Ohlsson, latéral droit dans le club de seconde division du FC St. Pauli." Je pense qu'il n'y a guère d'endroit plus sûr pour un joueur homosexuel que le FC St. Pauli."

Le FC St. Pauli, club historique allemand qui se définit antifasciste, antiraciste, anti-homophobe et antisexiste luttant contre le sexisme, a d'ailleurs déjà eu par le passé comme président Cornelius Littmann, qui a toujours assumer son homosexualité. Une rareté dans un milieu qui considère souvent les saillies homophobes à l'encontre des adversaires comme du "folklore".

Une pression trop forte ?

Dans son autobiographie à paraître, l'ancien capitaine allemand Phillip Lahm a un avis différent. Selon le quotidien populaire Bild, il conseille aux footballeurs homosexuels de garder le secret en raison de la pression qui en résulterait

"Vous ne pourrez pas compter sur la même maturité chez tous vos adversaires et dans les lieux ou les stades où vous allez jouer", justifie l'Allemand, qui recommande d'attendre la retraite, en prenant comme "sage" exemple Thomas Hitzlsperger. L'ancienne star d'Aston Villa, Stuttgart et de la Lazio et vice-champion d'Europe avec la sélection allemande en 2008, avait préféré attendre la fin de sa carrière pour faire son coming out en janvier 2014

En mai 2019, le champion du monde français, Antoine Griezmann, avait fait la une du magazine LGBTQ Têtu pour en finir avec l'homophobie dans le football.

"Si un footballeur gay souhaite faire son coming out, il n'aura peut-être pas tous les joueurs de l'équipe de France à ses côtés, mais il m'aura, moi", avait-il alors promis

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine