avant-match

Ligue Europa : Lille prêt à se frotter à l'Ajax Amsterdam

Lille avait perdu ses deux matches de Ligue des champions contre l'Ajax Amsterdam en 2019.
Lille avait perdu ses deux matches de Ligue des champions contre l'Ajax Amsterdam en 2019. © Kenzo Tribouillard, AFP

Plus d'un an après une double confrontation désastreuse en Ligue des champions, le LOSC fait à nouveau face, jeudi, à l'Ajax Amsterdam en 16e de finale aller de Ligue Europa. Le leader de la Ligue 1 veut montrer qu'il peut désormais rivaliser avec les grands noms du football européen.

Publicité

C'était il y a un an, c'était il y a une éternité. À l'automne 2019, le LOSC avait fait l'apprentissage à la dure du football européen en étant balayé par l'Ajax Amsterdam sur leur pelouse 3 à 0 avant d'être giflé à domicile (0-2). Jeudi 18 février, les Dogues retrouvent les Ajacides pour une nouvelle double confrontation en Ligue Europa cette fois. L'occasion pour les hommes de Christophe Galtier de prouver qu'il regarde désormais les grandes équipes européennes les yeux dans les yeux.

Cette saison, les Dogues ont mûri et ont appris de leur dernière expérience européenne frustrante. Deuxièmes de leur poule de Ligue Europa derrière l'AC Milan, qu'ils ont humilié 3 à 0 à San Siro, ils semblent plus expérimentés et mieux armés pour bien figurer sur la scène continentale, tout en réalisant un superbe parcours en championnat.

Actuellement premiers de L1 devant le Paris SG, les Nordistes ont plutôt bien géré leur calendrier et estiment pouvoir jouer sur tous les tableaux, eux, qui sont également encore en course en Coupe de France.

Un enchaînement de matches qui ne fait pas peur à Christophe Galthier, l'entraîneur, qui résume ainsi l'état d'esprit de son équipe : "On doit tout jouer, il n'y a pas à choisir. Je pars du principe que les victoires amènent les victoires et que, quand on est sur une dynamique comme la nôtre, il ne faut pas qu'il y ait un match qui vienne l'enrayer."

L'Ajax enchaîne les mauvaises nouvelles

Du côté de l'Ajax, une série d'incertitudes et d'erreurs a émaillé la préparation de 16e de finale. Tout d'abord, le club, pourtant un exemple de professionnalisme en Europe, a tout simplement oublié d'inscrire sa recrue du mercato hivernal Sébastien Haller. L'international ivoirien, recruté chez West Ham pour la somme record aux Pays-Bas de 26 millions d'euros, devra donc regarder les matches depuis la tribune. C'est d'autant plus problématique, que cet hiver, l'expérimenté avant-centre Klaas-Jan Huntelaar a fait ses valises pour Schalke 04 en Bundesliga

De plus, l'Ajax a également perdu son gardien André Onana. Le Camerounais s'est vu infliger par les instances disciplinaires de l'UEFA une suspension d'un an ferme après un contrôle positif en octobre dernier. Le joueur, qui prétend avoir pris par erreur un médicament (un diurétique) prescrit à sa femme, et le club vont faire appel de cette décision devant le Tribunal arbitral du sport.

En l'absence du gardien des Lions indomptables, c'est le vétéran néerlandais Maarten Stekelenburg (38 ans) qui prendra place dans les buts.

Leader contre leader

Cependant, Lille aurait tort de prendre à la légère l'Ajax Amsterdam en raison de ces soucis extra sportifs. Les joueurs amstellodamois sont en pleine bourre en 2021. Ils restent sur une série de huit victoires consécutives, avec 17 buts inscrits pour seulement 4 encaissés. Et l'Ajax a pourtant beaucoup changé en un an puisque des pépites comme Donny van de Beek et Hakim Ziyech ont rejoint des clubs huppés de la Premier League.

Qualifiés pour les demi-finales de la Coupe des Pays-Bas, les Néerlandais sont également en tête de leur championnat avec 6 points d'avance sur le PSV Eindhoven (et un match en retard à disputer) et semblent sur la voie d'un 35e sacre national.

Lille n'a cependant pas à rougir. Freiné par Brest en championnat dimanche (0-0), le LOSC avait toutefois remporté ses sept matches précédents, dont 6 en L1, et est donc également en confiance. Les Bataves se méfient d’ailleurs de leur adversaire lillois. Par rapport à la Ligue des champions de 2019, "le LOSC n'a guère évolué. Cette équipe est simplement devenue... meilleure", estime l'entraîneur de l'Afax, Ten Hag, en jugeant que désormais le danger vient de partout alors qu'il y a un an, elle était davantage dépendante de Victor Osimhen, attaquant prolifique parti depuis à Naples. Et l’attaque repose notamment désormais sur un duo formé par le Turc Burak Yilmaz et le Canadien Jonathan David.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine