Beach volley : les volleyeuses finalement autorisées à jouer en bikini au Qatar

Julia Sude lors d'un match de Beach Volley en août 2010 à Berlin.
Julia Sude lors d'un match de Beach Volley en août 2010 à Berlin. © Odd Andersen, AFP

La Fédération internationale de volley a assuré, dans la soirée de mardi, que les bikinis, tenues classiques des beach-volleyeuses, seraient bien autorisés lors de la Katara cup à Doha, au Qatar. La paire allemande Borger-Sude avait fait part de son intention de boycotter le tournoi en guise de protestation devant cette restriction.

Publicité

Finalement, le bikini aura le droit de citer au Qatar pour les beach-volleyeuses. La Fédération internationale de volley (FIVB) a assuré, mardi 23 février, que cette tenue habituelle des athlètes pratiquant le Beach Volley n'était pas interdite pour la Katara Cup qui est prévue du 8 au 12 mars. La paire allemande Borger-Sude, 16e mondiale, avait fait part de son intention de boycotter le tournoi.

C'est la première fois que le Qatar accueillera un tournoi majeur féminin de Beach Volley, après avoir organisé pendant sept ans une compétition masculine, et en 2019 les Jeux mondiaux de plage, où les joueuses étaient autorisées à porter un maillot de bain.

Dans un communiqué envoyé à l'AFP mardi soir, la FIVB a indiqué qu'elle était en contact avec la Fédération qatarie de volley (QVA), qui lui a confirmé qu'il n'y a aucune restriction concernant la tenue des joueuses.

La polémique a pris de l'ampleur après la décision, lundi, de la paire vedette allemande Karla Borger-Julia Sude de boycotter l'événement, en raison d'une interdiction de porter des bikinis sur le terrain, les joueuses étant obligées de jouer en t-shirt et pantalon long, tenue parfois utilisée en compétition lorsque la météo est moins clémente.

Un règlement du tournoi actualisé

La Fédération internationale a actualisé, mardi soir, le règlement du tournoi, accessible en ligne, et notamment l'article 10 concernant les tenues des joueuses. "À la suite de discussions, la QVA a confirmé le 23 février qu'il n'y a pas de restrictions pour les joueuses, si elles souhaitaient porter la tenue standard pendant la compétition au Qatar".

La précédente version de cet article 10, en date du 16 février, stipulait : "Pour les tenues des femmes, afin de respecter la culture et la tradition locales, avec le soutien total des sportives, il est prévu que toutes les équipes féminines participantes utilisent un t-shirt à manches courtes à porter sous le haut féminin officiel du tournoi et un short jusqu'aux genoux, à l'entraînement et en match".

"Durant la compétition à Doha, si des joueuses demandent à porter la tenue habituelle, elles seront libres de le faire", a soutenu la FIVB dans un communiqué à l'AFP.

"Pas respectée en tant que femme"

L'organisation de ce tout premier tournoi féminin de beach-volley au Qatar a fait l'objet d'une consultation des joueuses en janvier. "Les joueuses ont fait part de leur soutien dans cette initiative (...), et de leur enthousiasme", a ajouté la Fédération internationale.

Lundi, dans le magazine Spiegel, Karla Borger a insisté sur le fait que si, en temps normal, elle était heureuse de "s'adapter à un pays", la chaleur extrême qui règne au Qatar rendait nécessaire le port d'un bikini. Sa coéquipière, Julia Sude, a fait remarquer que le Qatar avait fait des exceptions pour les athlètes féminines lors des Mondiaux d'athlétisme à Doha, en 2019. L'entraîneure nationale, Helke Claasen, ne fera pas, elle aussi, le déplacement au Qatar.

"Elle m'a dit qu'elle ne veut pas y aller, parce qu'elle ne se sent pas respectée en tant que femme là-bas", a expliqué Niclas Hildebrand, directeur sportif de la Fédération allemande de volley-ball, dans le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung.

 Le Qatar, qui doit accueillir la Coupe du monde de football en 2022, s'est fait une spécialité d'organiser de grands événements sportifs, malgré plusieurs controverses, notamment autour de son manque de tradition du sport de compétition, son climat extrême, ainsi que les conditions de travail des employés sur certains sites sportifs.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine