Ligue des champions : le match retour entre Liverpool et Leipzig se jouera en terrain neutre

Le Sénégalais Sadio Mané a inscrit le second but au match aller de huitième de finale de Ligue des champions face au RB Leipzig.
Le Sénégalais Sadio Mané a inscrit le second but au match aller de huitième de finale de Ligue des champions face au RB Leipzig. © Ferenc Isza, AFP

Le huitième de finale retour de la Ligue des champions opposant Liverpool et le RB Leipzig se déroulera à Budapest, en Hongrie – comme le match aller –, à cause de la pandémie de Covid-19, a annonce jeudi l'UEFA.

Publicité

Terrain neutre à l'aller, terrain neutre au retour. Le huitième de finale retour de la Ligue des champions entre Liverpool et Leipzig se déroulera, comme le match aller, à Budapest, en Hongrie, en raison des restrictions de déplacements liés à la pandémie de Covid-19, a annoncé jeudi 4 mars l'UEFA.

Si le match s'était déroulé en Angleterre, l'équipe de Leipzig aurait dû observer une quarantaine stricte de dix jours à son retour, conformément aux directives des autorités allemandes pour freiner la propagation du variant britannique du coronavirus.

Le match reste fixé au 10 mars (20 h GMT). À l'aller, Leipzig s'était incliné 2-0 face aux Reds.

Manchester City - Mönchengladbach aura bien lieu en Angleterre

L'autre huitième de finale retour entre clubs allemand et anglais, qui opposera Manchester City et Mönchengladbach, dont l'aller s'était également tenu à Budapest, devrait, lui, bien avoir lieu en Angleterre.

Le match aura lieu le 16 mars et à l'aller City s'était imposé 2 à 0.

Cette différence de traitement s'explique par les règles sanitaires pour les résidents allemands revenant de l'étranger qui varient d'une région allemande à l'autre.

Le dépaysement d'autres matches a également été annoncé par l'UEFA jeudi, dont le huitième de finale retour entre les Norvégiens de Molde et les Espagnols de Granada, qui se jouera lui aussi à Budapest, le 18 mars.

Les matches de sélections nationales ne sont pas épargnés. Le Portugal-Azerbaïdjan du 24 mars, dans le cadre des éliminatoires pour le Mondial-2022, se tiendra à Turin, alors que le Norvège-Turquie du 27 mars a été déplacé en Espagne.

>> À lire aussi : Football : à 100 jours de l'Euro-2021, le Covid-19 sème toujours le trouble

Ces annonces interviennent alors que le débat sur l'organisation cet été de l'Euro-2021 (initialement prévu en 2020), a été relancé par la proposition des Britanniques d'accueillir davantage de matches.

Pays européen le plus touché par la pandémie, le Royaume-Uni est aussi celui où la campagne de vaccination est la plus avancée, avec 20 millions de personnes qui ont reçu au moins une dose du vaccin Pfizer-BioNTech ou Oxford-AstraZeneca.

"Nous sommes prêts à accueillir tous les autres matches qu'ils souhaitent voir se dérouler", a déclaré mardi le Premier ministre britannique Boris Johnson dans une interview au Sun. "S'il y a d'autres matches qu'ils veulent voir organisés, nous sommes prêts à les accueillir, mais pour l'instant, c'est l'UEFA qui s'en charge", a-t-il ajouté.

Mais, pour le moment, l'UEFA s'en tient à son projet d'organiser des rencontres dans 12 villes : Londres - où se dérouleront notamment les demi-finales et la finale -, Glasgow, Dublin, Amsterdam, Copenhague, Saint-Pétersbourg, Bilbao, Munich, Budapest, Bakou, Rome et Bucarest.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine