JOURNÉE DES DROITS DES FEMMES

Hockey sur glace : Charlotte Cagigos, seule femme à évoluer en ligue masculine

Charlotte Cagigos à l'entraînement au milieu des garçons.
Charlotte Cagigos à l'entraînement au milieu des garçons. © Charlotte Rossignol, Facebook Drakkars de Caen

À 20 ans, Charlotte Cagigos est la deuxième gardienne des Drakkars, l'équipe de hockey sur glace de Caen, pour le reste entièrement masculine. Un cas unique dans le sport professionnel français. 

Publicité

Une femme entourée d'hommes. L'image est rare dans le sport français mais c'est pourtant le quotidien de Charlotte Cagigos. À 20 ans, la jeune femme est gardienne remplaçante des Drakkars, l'équipe professionnelle de hockey sur glace de Caen, qui évolue en D1, le deuxième échelon le plus élevé.

"En arrivant à Caen, je n'aurais jamais pensé un jour intégrer le groupe pro. Puis, je n'aurais jamais pensé jouer un match avec eux", se rappelle la gardienne, interrogée par France 24. "Je n'ai pas envie de me fixer de limites."

Charlotte Cagigos a disputé ses premières minutes dans la peau de titulaire le 6 janvier dernier, en match amical face aux Bisons de Neuilly-Sur-Marne.

"Le match s'est plutôt bien passé. Il y avait un peu de pression car c'était mon premier match mais ce n'est pas ce qui m'a pesé le plus. Beaucoup de médias se sont intéressés à mon histoire et j'ai pensé 'Wahou ! En fait ce n'est pas commun' alors que pour moi ce match était la suite logique de mon parcours. Je savais que l'opportunité se présenterait à un moment étant donné que j'étais dans le groupe depuis septembre", raconte Charlotte Cagigos. "J'ai vu que je représentais la femme qui évolue avec les hommes. Et je me suis dit que si je faisais un mauvais match, ça donnerait une mauvaise image et qu'on dirait que les femmes n'ont pas leur place ici."

"Ça fait bizarre de se retrouver dans la lumière alors que je suis plutôt discrète. Mais je me dis que c'est bien pour notre sport, pour le poste de gardien de but et pour le hockey féminin", explique-t-elle. "Quand j'étais petite, j'aurais adoré voir une fille évoluer en équipe première et la prendre comme modèle. Je n'ai pas forcément envie de devenir un symbole mais j'aimerais juste montrer que c'est possible pour des petites filles de jouer au hockey."

Le hockey dans la peau

Originaire de Montpellier, Charlotte Cagigos monte pour la première fois à l'âge de 3 ans sur des patins en suivant son grand frère. Ses parents l'inscrivent alors à l'école de glace, l'imaginant se diriger vers le patinage artistique. Mais elle n'a d'yeux que pour le hockey : "C'est très rapidement devenu une passion. Quand je rentrais chez moi après les entraînements sur glace, je chaussais mes rollers pour continuer à faire du hockey", raconte la jeune femme. "Si mon grand frère a arrêté le hockey, mon petit frère s'y est mis. À la maison, on jouait toujours ensemble."

À 14 ans, Charlotte Cagigos s'engage dans la filière sport études et quitte sa ville natale pour intégrer le pôle France féminin à Chambéry, en Savoie. "C'est là que j'ai découvert le haut niveau. J'étais avec les meilleures filles de France et on jouait contre les garçons", se souvient la hockeyeuse qui, en parallèle, ne lâche pas ses études et passe le bac avec un an d'avance au sein de la structure.

"Ce n'était pas un sujet que je sois une fille ou un garçon"

Tous sports collectifs confondus, Charlotte Cagigos est une exception en France. Elle est la seule à évoluer avec les hommes au plus haut niveau. Une spécificité du hockey sur glace, qui autorise les femmes à occuper le poste de gardien dans une équipe masculine. 

"Au hockey, le poste de gardien est spécifique : il requiert plus de technicité que de physique. Le sport mixte, pourquoi pas, mais ça me paraît difficile à étendre à tous les sports", estime-t-elle.

En 2017, Charlotte Cagigos a eu "besoin de changement" après une blessure au genou.

"J'étais à la recherche d'un club qui me permettrait d'évoluer en U17 élites, le championnat masculin des moins de 17 ans. Je voulais un club qui me donnerait du temps de jeu et me permettrait d'apprendre même en étant une fille. Tous les clubs n'ont pas cette ouverture d'esprit", reprend la gardienne de 20 ans. Lors d'un entretien à Caen, le responsable du pôle espoirs, Virgile Mariette, m'a immédiatement dit que ce n'était pas un sujet pour lui que je sois une fille ou un garçon. À partir du moment où je travaillais, il ne ferait aucune différence. Ça m'a tout de suite plu."

Une autre femme avait déjà ouvert la voie chez les Drakkars. Formée par le club, Nolwenn Rousselle a été la doublure officielle du gardien au milieu des années 2000 et a été la première femme à apparaître sur une feuille de match de Ligue Magnus, le plus haut niveau français masculin.

"C'est vrai que le club a cette particularité", reconnaît Luc Chauvel, l'entraîneur des Drakkars, joint par France 24. " Nolwenn et Charlotte avaient l'habitude d'évoluer avec les garçons jusqu'en U17 et  il était donc naturel pour elles d'évoluer ensuite vers le poste de gardien au sein des ligues masculines. On essaie aussi de pousser au développement du hockey féminin mais depuis quelques années, c'est compliqué d'avoir une équipe", regrette-t-il.

Une intégration sans heurts

En Normandie, Charlotte Cagigos gravit petit à petit les échelons du club. Après deux années en U17 Élites, elle effectue une saison en alternant entre les U20 et l'équipe réserve qui évolue en Division 3. Et puis, en août 2020, à la faveur du départ du gardien remplaçant de l'équipe fanion, elle prend officiellement sa place. 

"Sans être officiellement intégrée à l'équipe, je m'entraînais déjà avec elle. À partir de là, mon intégration s'est faite assez naturellement. Les garçons ont été super accueillants avec moi", se souvient-elle. 

"Charlotte mérite totalement cette place. C'est une bosseuse, elle ne lâche rien. Elle est toujours à fond et a toujours envie de progresser", souligne Luc Chauvel. "Son intégration est réussie : les garçons la considèrent comme une joueuse de l’équipe comme les autres."

Charlotte Cagigos profite de l'absence du gardien titulaire de Caen, Ronan Quemener,  qui prépare sa reconversion en suivant notamment des cours dans la ville voisine de Rouen. 

Si ce monument du hockey français lui a fait profiter de son expérience, la jeune femme est consciente que la marche est encore haute avant d'espérer lui "chiper" la place de titulaire : "À l'heure actuelle, je pense que je suis encore loin d'un poste de titulaire", admet-elle.

"Elle a encore beaucoup à apprendre et d'expérience à acquérir pour être titulaire", confirme son coach. "Mais je sais que si j'ai besoin d'elle pendant un match, elle est prête à entrer."

La tête sur les épaules, la jeune femme veut rester à Caen au moins pour les deux prochaines années, le temps pour elle de valider son master de Staps (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) pour "assurer ses arrières". Ensuite, elle ne souhaite "se fermer aucune porte".

"Je pense que je tenterai de trouver un club en D2 où il sera probablement plus facile pour moi d'avoir du temps de jeu. Ou bien je tenterais ma chance à l'étranger, avec dans ce cas une bascule vers les championnats féminins", explique la Caennaise d'adoption.

Le rêve des JO

Au-delà de cette carrière naissante en club, Charlotte Cagigos espère surtout se faire une place dans la sélection nationale. Elle a déjà eu l'opportunité de participer à plusieurs rassemblements avec les Bleues :  "Intégrer définitivement le groupe pour pouvoir disputer le tournoi de qualification aux Jeux olympiques de 2022 serait un rêve", sourit Charlotte Cagigos. "Avec le Covid-19, les compétitions ont été annulées, à l'image des Mondiaux, mais le groupe a en tête un objectif : disputer les JO."

"Elle rêve des Jeux, on essaie d’œuvrer pour qu’elle puisse atteindre la sélection nationale. Le club a pour objectif de l'emmener vers le très haut niveau, ce qui serait formidable pour elle et pour nous", explique son entraîneur.

Comblée aujourd'hui par sa carrière, elle ne regrette qu'une seule chose: l'ambiance des vestiaires si importantes dans les sports collectifs. "Je suis toute seule dans le mien. C'est le seul sacrifice à faire."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine