Ligue des champions : Messi-Ronaldo, le crépuscule des idoles de la décennie ?

La Juventus Turin de Cristiano Ronaldo et le FC Barcelone de Lionel Messi se sont affrontés en phase de poules de la Ligue des champions.
La Juventus Turin de Cristiano Ronaldo et le FC Barcelone de Lionel Messi se sont affrontés en phase de poules de la Ligue des champions. © Josep Lago, AFP

Avant leurs matches retour respectifs face au PSG et à Porto, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo sont en grand danger dans la Ligue des champions. Le début de la fin de leur règne alors que les regards se tournent désormais vers les prodiges Kylian Mbappé et Erling Haaland. 

Publicité

Rivaux, ils ont régné ensemble sur la dernière décennie footballistique. Onze Ballons d'Or à eux deux, neuf Ligues des champions, des duels d’anthologie… Lionel Messi et Cristiano Ronaldo ont survolé les années 2010, ne laissant que des miettes aux autres footballeurs.

Mais aujourd'hui, le vent est en train de tourner pour les deux hommes, dont les clubs respectifs sont en mauvaise posture avant les 8es de finale retour de la Ligue des champions, face au PSG pour le Barça de Messi, et contre Porto pour la Juve de Cristiano Ronaldo. Le temps a-t-il rattrapé les deux légendes vivantes de leur sport alors qu’une jeune génération débarque avec des statistiques tout aussi affolantes, et que tous les yeux se tournent désormais vers Kylian Mbappé et Erling Haaland ?

Décevants lors des matches aller

Rien n'a semblé réussir aux deux "anciennes" stars lors des huitièmes de finale aller. Bien qu'il ait été à l'origine du but barcelonais d'une ouverture lumineuse pour De Jong, et à sa conclusion en transformant le penalty obtenu par le milieu de terrain, Lionel Messi a semblé absent des débats au Camp Nou face au PSG (1-4). La "Pulga" a terminé la soirée tête basse, silencieux, comme résigné…

Du côté de Porto où la Juventus s'est inclinée (2-1), Cristiano Ronaldo n'a guère fait mieux. Trop isolé et rarement bien servi, il n'a pas eu la moindre occasion de briller. Pour ses retrouvailles avec Pepe après plusieurs années passées ensemble au Real Madrid, le Portugais a été privé d'espaces et toujours bien suivi par les défenseurs de Porto. Il a fini le match énervé, suite au refus de l'arbitre de lui accorder un penalty après un contact avec un défenseur adverse.

"On arrive évidemment clairement à une fin de domination puisque que leurs deux clubs ne gagnent plus sur la scène européenne et même sur la scène nationale", juge Alexandre Seban, auteur de "Messi vs Ronaldo : qui est le meilleur ?" (Éd. Solar), interrogé par France 24.  "Un déclin qu'on peut lier à celui de leurs équipes respectives : aujourd'hui Messi se retrouve à faire le boulot de Xavi et Iniesta qui auparavant l'entouraient. La Juventus n'était peut-être pas le meilleur choix de Ronaldo pour briller."

Le ciel s'est couvert au-dessus des deux superstars : Messi, en fin de contrat, alimente les rumeurs d'un départ de Barcelone l'été prochain, pendant que la "Juve" de Ronaldo, mal en point, pourrait ne pas remporter le Championnat d'Italie pour la première fois depuis 2011.

Une année 2019/2020 déjà en berne

La saison passée, le ver était dans le fruit. Pour la première fois en quinze ans, aucun des deux hommes n’avaient rejoint les demi-finales de la Ligue des champions. En effet, Cristiano Ronaldo avait échoué à la surprise générale en huitième de finale contre l’OL, tandis que le FC Barcelone avait pris l’eau face au Bayern Munich, futur champion, et a été humilié 8 à 2 dans un match à sens unique en quarts de finale.

Conséquence logique : aucun des deux hommes n’a été nominé pour le titre de joueur UEFA de l’année 2020. Là encore, une première depuis la création du prix en 2011.

Pourtant, individuellement, Messi et Ronaldo possèdent des statistiques toujours aussi impressionnantes et respectables sur la saison en cours. Au 3 mars, le premier comptait déjà 24 buts et sept passes décisives en 33 matches tandis que le second pouvait se vanter d'avoir inscrit 27 buts et d'avoir adressé 4 passes décisives en 30 apparitions.

"Ils ont beau être sur la fin, ils conservent leur aura et leurs compteurs respectifs font toujours pâlir d'envie les jeunes joueurs comme ceux un peu plus confirmés", estime Alexandre Seban. "On continue de se régaler à les regarder jouer et la saison est encore longue."

Nouvelle décennie, nouveau duo de rivaux

Face au déclin des légendes, les supporters et les médias se cherchent forcément de nouvelles idoles. Et actuellement, deux prodiges du football semblent survoler les débats : le Français Kylian Mbappé et le Norvégien Erling Haaland. Lors des huitièmes de finale, leurs performances respectives leur ont valu les louanges de la presse :

"Si ce n'est pas un passage de relais, on n'en est pas loin. (...) Mbappé a tapé du poing sur la table pour la succession à Messi et Ronaldo", a d'ailleurs salué La Gazzetta dello Sport après le triplé au Camp Nou du Français face au FC Barcelone

Haaland n'est pas en reste. Avec Dortmund, il a dominé le FC Séville à lui seul ou presque, avec un doublé et une passe décisive (3-2). Et en conférence de presse,  il a spontanément fait référence à son rival.

 "Quand j'ai vu Mbappé inscrire un triplé hier (mardi soir lors de Barça-PSG, 1-4), ça m'a donné de la motivation, alors je le remercie", a confié le prodige du Borussia Dortmund.

De là à y voir les prémices d'une rivalité qui animerait la prochaine décennie de football, il n'y a qu'un pas :

"Haaland a l'air d'être fort en gueule. Mbappé aussi. Les deux ont des performances et des attitudes qui font que ce duo pour rivaliser avec Ronaldo et Messi sur la longueur… Peut-être !", juge Alexandre Seban. "Il faut raison garder avec Mbappé et Haaland. Ils sont clairement la relève mais ils ne sont pas à l'abri de blessures. Il y a eu beaucoup de talents précoces qui se sont étiolés, souvent en raison des blessures : je pense notamment au 'vrai' Ronaldo (Le brésilien Ronaldo Luís Nazário de Lima, NDLR) dont les statistiques sur les premières années étaient encore plus folles que Haaland et Mbappé."

"Cependant, je ne pense pas que Mbappé et Haaland auront un jour la même aura ou le même impact que Ronaldo et Messi. Que ce soit au niveau de l'attitude, de la manière de jouer ou de rayonner, il y avait autre chose chez ces deux-là. Il y avait quelque chose de plus fou", juge le journaliste sportif.

Alexandre Seban note toutefois que la période sanitaire dessert les deux joueurs pour leur émergence :

"Les stades sont vides. Cela les dessert au niveau médiatique : Messi et Ronaldo ont eu ces moments fous où ils parviennent à retourner un stade adverse sur une action sublime, comme cette reprise de volée en février 2019 de Messi à Séville. Tout le stade était debout et a applaudi. Haaland et Mbappé ne peuvent pas faire ce genre d'impact actuellement."

Haaland et Mbappé dans un même championnat ?

Le journaliste et essayiste voit également un autre obstacle à l'émergence d'une rivalité aussi intense entre les deux jeunes prodiges du football :

"Quand Ronaldo a quitté la Liga, on a perdu quelque chose dans ce duel. Mbappé et Haaland devront se retrouver dans un championnat. Il faut que l'un aille au Barça et l'autre au Real, ce qui serait probablement la meilleure solution pour se mettre à empiler les titres et que les médias commencent à s'emballer", juge Alexandre Seban.

À l'heure actuelle, les deux stars ne se sont affronté qu'à deux reprises, le temps d'une double confrontation entre le PSG et Dortmund juste avant la crise sanitaire. Si ce huitième de finale de Ligue des champions avait tourné en faveur du PSG au niveau du résultat (3-2), individuellement, c'est Haaland qui avait remporté son duel face à Mbappé : deux buts contre une seule passe décisive.

"Mais au fond, je ne pense pas qu'on dupliquera Messi et Ronaldo. Messi et Ronaldo ont des styles totalement différents, c'est Olivier Aton et Marc Landers (les grands rivaux du dessin animé Olive et Tom, NDLR). Aimer l'un veut souvent dire détester l'autre. Je ne pense pas que Mbappé et Haaland aient cette opposition de style aussi marquée", conclut Alexandre Seban, dont le livre sur la rivalité légendaire se concluait ainsi "Leo sublime le football, Cristiano le domine."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine