Accéder au contenu principal
TOUR DE FRANCE

Omega Pharma - Quick Step puissance 4

afp
3 min

L’équipe Omega-Pharma QuickStep a gagné samedi grâce à Matteo Trentin sa 4ème victoire d’étape sur ce 100ème Tour de France. L’Italien devance au sprint ses compagnons d’échappé avec 7 minutes d’avance sur le peloton du maillot jaune Chris Froome.

Publicité

, envoyé spécial à Lyon

Au tour de Trentin ! Tout réussi à l’équipe belge Omega Pharma - Quick-Step. Après une étape formidable vendredi et le succès de Mark Cavendish, c’est son coéquipier Matteo Trentin qui l’a imité samedi à Lyon sur les bords du Rhône. Une nouvelle victoire qui fait grimper le total de la formation de Sylvain Chavanel à 4 après les précédents succès de Mark Cavendish (à Marseille) et Tony Martin (au Mont-Saint-Michel).

Matteo Trentin a devancé au sprint au pied du stade Gerland, 2 de ses 15 compagnons d’échappé, Michael Albasini (Orica-GreenEdge) et Andrew Talanski (Garmin-Sharp). Il signe à 23 ans sa première victoire professionnelle à l’occasion de son 1er Tour de France. Cette victoire est également la première pour un coureur italien depuis Alessandro Petacchi en 2010.

La première bonne échappée

Le profil accidenté de cette 14ème étape entre Saint-Pourcain sur Sioule (Allier) et Lyon (Rhône) autorisait tous les espoirs pour les baroudeurs qui réussiraient à s’échapper en début de parcours. C’est donc sur un rythme très rapide, malgré la chaleur, que cette étape fut lancée. Avec tout d’abord un quatuor qui réussissait à s’extirper du peloton (Voigt, Kadri, Bak, Vichot), avant d’être rejoint aux alentours du 40e kilomètre par un groupe de 14 contre-attaquants (Burghardt, Van Garderen, Bakelants, Gautier, Erviti, Rojas, Brutt, Garcia, Trentin, Millar, Talansky, Albasini, Geschke, Simon). Ces 18 coureurs qui ne menaçaient pas les intérêts des leaders du classement général pouvaient donc espérer se disputer la victoire d’étape à Lyon. Les formations Lampre et Euskaltel, non représentées dans l’échappée, ont bien tenté de faire la chasse aux fuyards pendant près d'une heure, en vain.

A l’entrée de la capitale des Gaules, les échappés comptaient plus de 6 minutes d’avance sur le peloton et c’est dans l'avant-dernière difficulté de la journée, la côte de la Duchère, que les hostilités ont commencé. Le Belge Jan Bakelants (RadioShack) est passé à l'attaque avant que Julien Simon (Sojasun) contre au sommet. La banderole indiquait alors l’arrivée à 15 kilomètres.

Simon y a cru

Le Breton a pris une vingtaine de secondes d'avance dans la dernière côte (la Croix-Rousse) et a résisté le long des quais du Rhône. Mais l’interminable avenue Jean Jaurès fut de trop pour le coureur de la Sojasun, repris à 900 mètres de l’arrivée. "Ce n’est que partie remise", avouera abattu Stéphane Heulot, le manager de l’équipe bretonne. "On s’en rapproche (de la victoire, ndlr). Je n’ai rien à reprocher à Julien. Il est allé au bout de lui-même. Il a fait une magnifique étape." C'est donc sous la Flamme Rouge que Julien Simon fut repris par un groupe emmené par Michael Albasini et Marcus Burghardt. Le coureur suisse de l’équipe Orica-GreenEdge semblait le mieux placé dans le sprint, mais il sera finalement surpris par l’Italien Matteo Trentin, qui s’adjuge la 14ème étape de ce Tour de France.

Le peloton du maillot jaune Christopher Froome franchira tranquillement la ligne d’arrivée 7 minutes plus tard. Au classement général, pas de changement, le Britannique conserve 2’28 d’avance sur Bauke Mollema et 2’45 sur Alberto Contador. Un classement général qui devrait fortement évoluer dimanche avec la terrible ascension du Mont-Ventoux.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.