Variant britannique : "les mesures barrières habituelles ne sont, sans doute, pas suffisantes", selon le professeur Michel Goldman

Selon Boris Johnson, le variant britannique ne serait pas seulement plus contagieux, il serait aussi plus mortel. Mais pour le professeur d'immunologie, Michel Goldman, "ce n'est pas le problème majeur." Le plus préoccupant, "c'est qu'il circule et que les mesures barrières habituelles, sans doute, ne sont pas suffisantes."