Coup de force au Mali : l'activité jihadiste bénéficie de l'instabilité politique

Le colonel Assimi Goïta, vice-président du Mali, a annoncé, mardi, avoir démis de leurs fonctions le président Bah Ndaw et le Premier ministre Moctar Ouane, arrêtés la veille par des membres de l'armée. Le colonel Assimi Goita les accuse d'avoir enfreint la charte de la transition. Une crise politique qui pourrait profiter aux djihadistes. Le décryptage de notre journaliste et spécialiste des mouvements jihadistes, Wassim Nasr.