Condamnés à mort pour trafic de drogue, quatre hommes ont été exécutés vendredi en dépit des appels des ONG, de l'ONU et de l'Union européenne. Dix autres condamnés ont obtenu "un sursis".