Accéder au contenu principal

Des catholiques argentins se font débaptiser après le rejet de la loi sur l'IVG

Depuis les débats sur la légalisation de l'avortement, grandement influencés par l'Église, qui ont finalement abouti a un rejet du texte, de plus en plus d'Argentins réclament la séparation de l'Église et de l'État. Dans le pays du pape, à la tradition catholique très forte, il n'y a pas de séparation officielle de l'Église et de l'État et son influence se fait sentir à chaque débat de société. Un mouvement d'apostasie collective, c'est-à-dire la demande formelle de voir son nom retiré des registres de baptême, est en train de naître. Des milliers d'Argentins ne souhaitent plus que l'Église parle en leur nom. Reportage de Mathilde Guillaume et Flora Genoux.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.