Accéder au contenu principal

Brésil : "Bolsonaro symbolise un électorat blanc qui veut sa revanche"

Un Brésil très fracturé vote ce dimanche pour le premier tour de l'élection présidentielle, que le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro, un nostalgique de la dictature militaire, pourrait remporter haut la main. Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l'Iris, analyse l'émergence de ce héraut de la droite dure brésilienne.

Le député d'extrême droite Jair Bolsonaro est donné favori de l'élection présidentielle au Brésil organisée aujourd'hui.

D'après les derniers sondages publiés hier soir, Jair Bolsonaro a accru son avance sur son principal adversaire, le candidat du Parti des travailleurs (PT, gauche) Fernando Haddad.

Ancien officier âgé de 63 ans, Jair Bolsonaro a convaincu de nombreux Brésiliens de voter pour lui en raison de positions très dures contre l'insécurité et une carrière exempte d'accusations de corruption. Mais il fait aussi office de repoussoir pour une grande partie de l'électorat en raison de propos jugés homophobes ou misogynes.

Le pays a rarement été aussi divisé à l'approche d'une élection, durant laquelle les Brésiliens vont aussi désigner les députés de la chambre basse du Congrès et voter pour renouveler les deux tiers des 81 sièges du Sénat.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.