Accéder au contenu principal

France : comment fonctionne le fichier S ?

L'auteur de la fusillade de Strasbourg qui a fait au moins trois morts, mardi soir, était connu de la police pour des faits de droit commun. Il figure également au "fichier S" depuis son signalement par la Direction générale de la sécurité intérieure. Comment fonctionne ce fichier ? Quelles informations y sont collectées ?

L’auteur de la fusillade de Strasbourg est connu pour des faits de "droit commun" et a été inscrit au fichier "S" après avoir été signalé par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). "Combien d'attentats commis par des fichés S devons-nous encore subir avant d'adapter notre droit à la lutte contre le terrorisme ?", s'est demandé Laurent Wauquiez, le chef de Les Républicains (LR, droite), après l’annonce de la fusillade. De fait, le fichier "S" fait régulièrement l’objet de polémique. Mais de quoi s’agit-il ? Éléments de réponse.

• Qui figure dans le fichier "S" ?

La fiche "S" (pour "sûreté de l’État") est une sous-catégorie du fichier - beaucoup plus large - des personnes recherchées par la police. Sont inscrites dans le fichier "S" les personnes représentant une menace potentielle pour la sécurité nationale. Il peut s’agir, entre autres, d’individus voulant commettre un attentat, des militants politiques radicaux ou bien des hooligans. En France, au moins 26 000 personnes seraient concernées.

• Quelles informations y sont répertoriées ?

Selon un décret de 2010 toujours en vigueur, un fiche "S" comporte l’état civil de la personne fichée, son signalement, sa photographie, les motifs de recherche, ainsi que la conduite à tenir lors de son interpellation.

• Comment fonctionne le fichier ?

Chaque fiche est renseignée par les services de renseignements français. Il s’agit d’un outil de surveillance et non d’une preuve de culpabilité. Une personne fichée "S" n’est donc pas obligatoirement arrêtée. "La fiche ‘S’ est un outil de vigilance qui permet d’accumuler du renseignement sur une personne, précisément pour lever le doute sur l’existence ou non de lien avec le terrorisme ou l’action violente, avait précisé le Premier ministre, Edouard Philippe, en mars dernier. Elle n’est pas en elle-même un élément de preuves, et elle n’a d’intérêt que lorsque les personnes concernées ne savent pas qu’elles sont fichées."

La fiche "S" permet également un échange d’informations au niveau européen pour lutter contre le terrorisme. Elle n’est valable qu’un an mais renouvelable aussi longtemps que nécessaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.