Le mouvement de contestation au Soudan réprimé

La police soudanaise a tiré des gaz lacrymogènes sur des manifestants antigouvernementaux, vendredi 11 janvier, à Khartoum et à Omdourman. En plein marasme économique, le Soudan est le théâtre, depuis plus de trois semaines, de manifestations provoquées par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain. Elles se sont rapidement transformées en une contestation d'Omar el-Béchir, qui tient le pays d'une main de fer depuis un coup d'État en 1989. Un total de 22 personnes sont mortes depuis le début du mouvement, selon un bilan officiel. Les ONG de défense des droits humains Human Rights Watch et Amnesty International ont elles donné un bilan d'au moins 40 morts, dont des enfants et des personnels médicaux. Ces manifestations représentent le plus grand défi auquel M. Béchir a été confronté en près de 30 ans de pouvoir, selon des experts.