Accéder au contenu principal

Au Liban, quatre femmes ministres "ce n'est pas beaucoup, mais c'est mieux qu'avant"

Sous la houlette du Premier ministre Saad Hariri, le Liban s'est doté jeudi d'un gouvernement de 30 ministres dont quatre femmes, certaines occupant des postes-clés comme l'Intérieur (Raya Hafar al Hassan)et l'Énergie (Nada Boustani Khoury). L’une d’entre elles, May Chidiac, ministre d’État au développement administratif du Liban, s’est confiée sur le nombre de femmes de la nouvelle équipe gouvernementale, à France 24. "Quatre femmes sur 30, ça n’est pas beaucoup, mais c’est bien mieux qu’avant. Et les quatre sont très efficaces et prêtes à prouver qu’elles sont bien plus capables que beaucoup d’hommes", affirme l’ancienne journaliste vedette, victime d’un attentat à la voiture piégée à Beyrouth, en 2005. Les ministères de l'Intérieur et de l'Énergie ont été confiés à des femmes, une première au Liban. Le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil, qui est aussi le gendre du président Michel Aoun, conserve son poste, tout comme le ministre des Finances, Ali Hassan Khalil.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.