Accéder au contenu principal

En images : des Algériens dans la rue pour protester contre un 5e mandat de Bouteflika

Depuis l'annonce de la candidature du président algérien, Abdelaziz Bouteflika, à un cinquième mandat, des manifestations ont été organisées dans plusieurs villes du pays. Les images des rassemblements ont été diffusées principalement sur les réseaux sociaux.

Depuis l’annonce de la candidature du président algérien, Abdelaziz Bouteflika, à un cinquième mandat lors du scrutin du 18 avril, plusieurs vidéos montrant des manifestants s’opposant à cette décision ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

Le rassemblement le plus important a eu lieu samedi 16 février à Kherrata, à 300 kilomètres d’Alger. Plusieurs centaines de personnes y ont défilé en scandant : "Non au cinquième mandat de la honte". D’autres rassemblements, plus petits, ont eu lieu dans différentes villes d’Algérie, comme Aïn Beïda ou Annaba.

Dimanche 17 février, des centaines d’Algériens résidant en France se sont également réunis sur la place de la République, à Paris, pour dire leur opposition au projet de l’actuel chef de l’État.

>> À voir dans la Revue de presse : "La cinglante réponse du peuple algérien à Bouteflika"

Arrivé pour la première fois à la présidence en 1999, Abdelaziz Bouteflika a systématiquement été réélu au premier tour avec plus de 80 % des voix. Cloué dans un fauteuil roulant en raison d’un accident vasculaire cérébral (AVC) survenu en 2013, le président algérien n'apparaît plus que rarement en public – la dernière fois le 1er novembre 2018 – et ne s'exprime plus publiquement.

Pour le pouvoir, ces rassemblements ne reflètent toutefois pas le sentiment de la majorité des Algériens. Pour le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, c’est une écrasante majorité d’Algériens qui plébiscite un cinquième mandat de Bouteflika. "Le bilan de ces cinq années durant lesquelles il a dirigé le pays malgré son handicap médical est des plus élogieux. Pourquoi, demain, il ne serait pas de même qualité ?", a-t-il réagi au micro de France 24.

Des militants ont appelé à manifester à travers le pays vendredi 22 février. À Alger, la présence policière et militaire a été renforcée. Signe, pour l’opposition, d’une éventuelle répression de la contestation.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.