ALGÉRIE

En Algérie, les jeunes aspirent au changement

Les Algériens opposés à un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika sont descendus dans la rue, vendredi 1er mars, par dizaines de milliers, à Alger et dans plusieurs villes du pays. Si la mobilisation était plus importante que la semaine dernière, le mot d’ordre était le même : dénoncer la candidature à un cinquième mandat du chef de l'État sortant Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, à l'élection présidentielle du 18 avril. La plupart des manifestations se sont déroulées dans le calme même si les forces de l’ordre ont procédé à des tirs de gaz lacrymogènes. Vers la fin de la journée, des affrontements entre policiers et groupes de jeunes ont eu lieu sur une avenue menant à la présidence de la République. Selon le bilan de la police, 56 policiers et 7 manifestants ont été blessés et 45 personnes arrêtées à Alger.