La thèse du "grand remplacement" de la population européenne par une population immigrée, citée par l'auteur de la tuerie en Nouvelle-Zélande, a été conçue par d'anciens nazis après la guerre, avant d'être popularisée après les attentats de 2001, débarrassée de ses arguments antisémites, mais toujours complotiste.

Jean Bogais : "

La thèse du "grand remplacement" de la population européenne par une population immigrée, citée par l'auteur de la tuerie en Nouvelle-Zélande, a été conçue par d'anciens nazis après la guerre, avant d'être popularisée après les attentats de 2001, débarrassée de ses arguments antisémites, mais toujours complotiste.