Accéder au contenu principal

"En Algérie, les soutiens traditionnels du pouvoir commencent à faiblir"

Après plusieurs semaines de mobilisation en Algérie pour protester contre un nouveau mandat du président Bouteflika, il semble que le pouvoir s’affaiblisse, estime Louisa Driss Ait Hamidouche, politologue et enseignante à Alger.

"Dans tous les secteurs et toutes les corporations, les retraits se sont multipliés, affirme Louisa Driss Ait Hamidouche sur France 24. Que ce soit au sein des partis politiques, comme le FLN qui connaît une forte contestation interne ou du grand syndicat de l'UGTA [Union générale des travailleurs algériens], proche du pouvoir, qui rencontre lui aussi de grandes perturbations internes. On peut même dire que les soutiens au pouvoir politique sont minces."

Cette mobilisation massive pose en outre la question du leadership, observe la politologue. "La mobilisation fait pression sur le pouvoir mais elle n’est pas un acteur de négociation avec le pouvoir."

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.