Accéder au contenu principal

L'arrivée de migrants subsahariens, un nouveau souffle pour l'Église catholique du Maroc

Le pape François est au Maroc du 30 au 31 mars, invité par le roi Mohammed VI. C'est la première visite papale depuis celle de Jean-Paul II en 1985, qui avait rencontré plus de 80 000 jeunes marocains au stade de Rabat. Cette fois-ci, le Saint Père va rencontrer les catholiques du Maroc, notamment lors d'une grande messe le dimanche 31 mars. Avec l’afflux de jeunes et de migrants, l'Église catholique marocaine n'a jamais été aussi dynamique. Nos journalistes ont rencontré certains d'entre eux, en plein préparatifs pour la venue du pape.

C'est à la cathédrale Saint-Pierre de Rabat, que le pape François dira l'angélus. On s'y active pour effectuer les dernières retouches avant son arrivée.

Le royaume, première porte d'entrée vers l'Europe, a régularisé 50 000 migrants, dont beaucoup sont chrétiens. L’archevêque de Rabat explique que "la population chrétienne catholique est majoritairement africaine. Dans nos communautés, il y a plus d'hommes que de femmes, plus de jeunes que d'adultes, et plus de noirs que de blancs".

Depuis une dizaine d'années, l'Église du Maroc a vu le nombre de fidèles augmenter et n'a jamais été aussi vivante, jeune et dynamique, grâce à l'afflux d'étudiants et de migrants subsahariens qui investissent les paroisses.

Une fidèle ivoirienne raconte que, pour elle, "c'est quand même une bonne chose pour nous qui sommes en pays étranger musulman, de nous familiariser aussi avec notre religion. Donc je pense vraiment que c'est une très bonne chose qu'il y ait une église catholique au Maroc".

Les fidèles subsahariens installés dans le royaume apportent un nouveau souffle à l'Église du Maroc, qui rassemble environ 30 000 chrétiens, d'une moyenne d'âge de 35 ans.

L'Église est présente ici depuis le 11e siècle. C'est en 1976 que les relations diplomatiques entre le Vatican et le Maroc ont commencé. Pour Abdelouhab Maalmi, ambassadeur du Maroc au Vatican de 1997 à 2001, "l'intérêt de cette visite, c'est que le Maroc soigne son image d'un pays modéré, de dialogue et de tolérance. Et le Vatican voit dans le Maroc un acteur dans le dialogue inter-religieux".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.