Accéder au contenu principal

Législatives israéliennes (3/4) : le malaise des citoyens arabes

En Israël, les élections législatives débuteront dans 24 heures. Le Premier Ministre, Benyamin Netanyahou, apparait comme favori. Il n'exclut pas une alliance avec l'extrême droite, celle-là même qui décrit les citoyens arabes comme des traitres.Les Arabes israéliens représentent 20—% de la population et constituent la troisième force politique du pays. Mais il reste très difficile pour eux de se fondre dans le paysage.Haïfa, la ville à la frontière libanaise, est souvent présentée comme un modèle de mixité et de coexistence. À en croire les autorités israéliennes, juifs et arabes y vivent en parfaite harmonie. Mais même dans cette grande ville du nord du pays, les Arabes israéliens se sentent le plus souvent comme des citoyens de seconde zone. "La plupart des investissements sont dans la communauté juive, regrette un habitant d'un quartier très mixte autour de la rue Massada. Il y a une discrimination à ce niveau-là comme il y a une discrimination au niveau du pays en général".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.