Accéder au contenu principal

En Irak, les marais de Mésopotamie comparés au jardin d’Eden

Les marais de Mésopotamie misent sur l’écotourisme pour se développer. Ils attirent des visiteurs friands de balades en barque en pleine nature.

Dans les années 1990, Saddam Hussein, l’ex-président irakien, a effectué un drainage des marais. Cet acte a été qualifié d’un des "pires crimes environnementaux de l’Histoire" par l’ONU. Dès la chute du régime en 2003, ils ont retrouvé toute leur splendeur. Pour certains, c’est à cet endroit situé entre les fleuves Tigre et Euphrate que se trouvait le jardin d’Eden.

Les marais du sud de l’Irak ont été classés au patrimoine de l’Unesco en 2016 pour leur biodiversité et leur richesse historique remontant à l’Antiquité. Ils misent aujourd’hui sur l’écotourisme pour attirer les visiteurs. Ils étaient 18 000 en 2018 mais malgré une hausse de la fréquentation, les marais ne disposent pas d’infrastructures touristiques en raison d’un manque d’investissements de la part de l’État. Dans un des pays les plus chauds du monde où l'eau manque de manière chronique, le maintien de ces zones humides est crucial. C’est pourquoi les autorités restent prudentes face à l’essor du tourisme.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.