espoirs d'ouverture en Chine ont été "balayés" 30 ans après la répression sanglante du mouvement pro-démocratie de Tiananmen le 4 juin 1989, a affirmé lundi le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo. Comme chaque année à l'approche de l'anniversaire du 4 juin 1989, le régime communiste veillait fermement au maintien de la chape de plomb pesant sur ces événements, emprisonnant les dissidents et accentuant sa censure d'internet.

Il y a 30 ans, la répression sanglante des manifestants de la place Tiananmen à Pékin

espoirs d'ouverture en Chine ont été "balayés" 30 ans après la répression sanglante du mouvement pro-démocratie de Tiananmen le 4 juin 1989, a affirmé lundi le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo. Comme chaque année à l'approche de l'anniversaire du 4 juin 1989, le régime communiste veillait fermement au maintien de la chape de plomb pesant sur ces événements, emprisonnant les dissidents et accentuant sa censure d'internet.