Accéder au contenu principal

Corée du Nord : le tourisme chinois, arme de diplomatie massive

Chaque semaine, des milliers de touristes chinois se rendent en Corée du Nord pour y visiter les hauts lieux de la ville. Si aucun chiffre officiel n'est disponible, ils atteindraient des records. Un moyen pour Pékin de faire pression sur son allié, parfois difficile à gérer, notamment dans le dossier du nucléaire.

Signe d'un rapprochement entre Pékin et son allié nord-coréen, chaque semaine, des milliers de touristes chinois se rendent à Pyongyang. Les visiteurs déboursent environ 320 euros pour un séjour standard de trois jours dans les hauts lieux de la capitale mais aussi dans la zone démilitarisée, dans le Sud, qui marque la frontière entre les deux Corées.

Si aucun chiffre officiel n'est disponible, certains estiment que le nombre de visiteurs chinois n'a jamais été aussi important. "Le marché du tourisme en Corée du Nord a toujours été dominé par les touristes chinois bien sûr, mais dans les dernières années les chiffres ont été conséquents, parfois jusqu'à 2 000 personnes par jour vont à Pyongyang, indique à l’AFP Simon Cockerell, directeur général de l'agence de voyage spécialisée Koryo Tours. Il y a eu une récente règlementation annoncée pour restreindre le nombre de touristes arrivant à Pyongyang à 1 000 par jour. Est-ce venu du gouvernement ou est-ce une règle de l'administration nationale du tourisme ? Je ne suis pas sûr, mais il y a quelques inquiétudes au sujet du trop grand nombre de visiteurs."

>> À lire : Kim Jong-un suspend ses "Jeux de masse", son outil de propagande massive

La Corée du Nord reste sous le coup de sanctions de l'ONU mais le tourisme ne fait pas partie des activités ciblées. Pékin n'hésite pas à utiliser le secteur comme un outil diplomatique et comme un moyen de pression sur un allié parfois difficile à gérer, notamment dans le dossier du nucléaire.

Pour sceller le rapprochement entre les deux pays, Xi Jinping effectuera les jeudi 20 et vendredi 21 juin une visite d'État en Corée du Nord. Une première depuis 14 ans pour un président chinois. Quant au dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, il s'est rendu en Chine à quatre reprises en 2018.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.