Accéder au contenu principal

Rencontre Gbagbo-Bédié : vers une alliance pour la présidentielle ivoirienne de 2020 ?

La première rencontre en dix ans entre les deux ex-présidents ivoiriens Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, lundi à Bruxelles, annonce la création d'une alliance politique contre l'actuel président Alassane Ouattara pour la présidentielle de 2020.

Il s’agit de la première rencontre en dix ans entre les deux anciens chefs d'État. Lundi 29 juillet, les ex-présidents ivoiriens Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo se sont retrouvés à Bruxelles. Selon le communiqué officiel, ces retrouvailles "fraternelles" n’ont rien de politique. Mais alors que la présidentielle de 2020 approche en Côte-d’Ivoire, la rencontre semble annoncer la création d’un front contre le camp d'Alassane Ouattara pour la présidentielle de 2020.

"L'entretien a duré environ une heure" a précisé Habiba Touré, l'une des avocates de Laurent Gbagbo. "Ça a été l'occasion pour le président Bédié de lui faire part d'un certain nombre de constatations sur le terrain en Côte d'Ivoire et d'échanger tous les deux sur l'actualité, la vie politique, et [...] la situation en Côte d'Ivoire."

Henri Konan Bédié, 85 ans, et Laurent Gbagbo, 74 ans – qui attend en Belgique une décision de la Cour pénale internationale – se sont rencontrés pour la première fois depuis 2010 et la crise post-électorale qui avait fait plus de 3 000 morts après le refus de Laurent Gbagbo d'admettre sa défaite face à Alassane Ouattara.

À cette époque, Henri Konan Bédié avait d’ailleurs apporté son soutien à Alassane Ouattara contre Laurent Gbagbo et son parti, le PDCI (Parti démocratique de Côte d'Ivoire), a participé activement à la coalition au pouvoir jusqu'en 2018. Cette coalition a alors volé en éclats car Henri Konan Bédié estimait que la coalition devait soutenir un candidat du PDCI en 2020.

"Ce sont deux frères qui se sont vus. Il ne faut pas oublier que le président Bédié et le président Gbagbo ne se sont pas vus pendant plus de huit ans. C'était l'occasion pour le président Bédié, il trouvait ça important, et nous estimons que c'est un acte fort, fait pour la réconciliation que de venir voir son jeune frère, le président Gbagbo."

Alliance électorale ?

"Cette rencontre augure probablement d'une alliance électorale. Il y a des zones de désaccord forcément, mais on tait ces zones pour s'unir contre Ouattara. C'est du ‘tout sauf Ouattara’ ou son successeur", estime le consultant Yves Ouya. "Historiquement, deux partis ont besoin de s'allier contre le troisième pour gagner".

"Cette rencontre a un fort écho car les gens sont inquiets qu'il y ait un remake de 2010", ajoute-t-il. "Là, on se retrouve 10 ans après avec les mêmes, avec juste un glissement d'un parti vers l'autre. C'est un échec de génération".

L'avocate de Laurent Gbagbo, elle, a nié l'existence d'une quelconque entente à l'encontre de l'actuel président Alassane Ouattara : "Le président Gbagbo n'a jamais fait de la politique contre un individu. Il fait de la politique pour le bien de tous les Ivoiriens, et je pense que le président Bédié s'inscrivait dans cette même logique. Ce n'est pas parce que deux individus se rencontrent que c'est contre un troisième".

Au cours de cet entretien, Henri Konan Bédié "s'est particulièrement réjoui de l'acquittement du président Laurent Gbagbo et lui a vivement souhaité un retour rapide en Côte d'Ivoire", selon un communiqué commun signé de leurs deux partis.

Acquitté par la Cour pénale internationale, Laurent Gbagbo, qui était poursuivi pour crimes contre l'humanité, est actuellement en liberté conditionnelle à Bruxelles en attendant un éventuel procès en appel.

"Non-événement"

"Dans le cadre de l'organisation d'élections justes, transparentes et équitables en 2020", les deux hommes "ont appelé le gouvernement à procéder à une réforme profonde de la Commission électorale indépendante (CEI), afin qu'elle puisse contribuer significativement à la consolidation de la paix sociale en Côte d'Ivoire".

L'actuelle réforme de la CEI, qui doit être entérinée dans les prochains jours par l'Assemblée nationale, est décriée par l'opposition qui juge qu'elle ne présente pas des garanties d'indépendance suffisantes.

La crédibilité de la CEI est jugée cruciale en vue de la présidentielle de 2020, qui s'annonce tendue.

Pour le politologue Jean Alabro, cette alliance, "même si elle ne donne pas lieu à un pacte électoral", montre que les opposants "ne veulent pas forcément une belle mariée mais le départ d'Alassane Ouattara. Ça envoie un signal à tous ceux qui veulent son départ. C'est une dynamique qui se met en marche pour faire partir Ouattara ou son successeur".

Du côté du pouvoir, le porte-parole du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Kobenan Kouassi Adjoumani, a qualifié cette rencontre de "non-événement".

"C'est regrettable pour quelqu'un qui est un ancien chef d'État [...] Il sait ce qui s'est passé pendant la crise. Il avait en son temps condamné Laurent Gbagbo [...] responsable de milliers de morts", a-t-il déclaré.

"Nous n'avons peur d'aucune coalition. Henri Konan Bédié n'a plus de soldats pour combattre. Le PDCI-Daoukro (village natal de Bédié) envisage une alliance avec le FPI (Front populaire ivoirien, le parti de Gbagbo) qui lui-même est divisé... (Cette volonté) n'est pas partagée par les militants du PDCI", a estimé Kobenan Kouassi Adjoumani, lui-même ancien du PDCI.

"C'est de la politique politicienne. Qu'il veuille mettre en place une stratégie pour reconquérir le pouvoir, c'est son problème. Nous, nous travaillons pour que les Ivoiriens vivent en parfaite harmonie, pour que le pays se développe et pour que chaque Ivoirien ait le minimum pour faire face à ses besoins", a-t-il ajouté, promettant une victoire "propre" du RHDP en 2020 "au premier tour".

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.