Accéder au contenu principal
"Tuer un étudiant, c'est tuer une nation", scandent les manifestants qui défilaient mercredi 31 juillet dans les rues d'Al-Obeid, dans le centre du Soudan, où six personnes, dont cinq lycéens, ont été tuées lors d'une manifestation deux jours plus tôt. L'Union africaine a condamné ces violences, mais continue a encourager la discussion entre le conseil militaire et l'opposition.

Violences au Soudan : "Tuer un étudiant, c'est tuer une nation"

"Tuer un étudiant, c'est tuer une nation", scandent les manifestants qui défilaient mercredi 31 juillet dans les rues d'Al-Obeid, dans le centre du Soudan, où six personnes, dont cinq lycéens, ont été tuées lors d'une manifestation deux jours plus tôt. L'Union africaine a condamné ces violences, mais continue a encourager la discussion entre le conseil militaire et l'opposition.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.